/sports/ski
Navigation

Les stations de ski sauvées par l’engouement pour les activités de plein air

Les stations de ski sauvées par l’engouement pour les activités de plein air
Photo courtoisie, ASSQ-Mathieu Dupuis

Coup d'oeil sur cet article

Les stations de ski québécoises ont réussi à faire face à la crise de la COVID-19 lors de la saison 2020-2021 grâce à leur importante fréquentation, une situation qui n’aura cependant pas totalement permis d’augmenter leurs résultats financiers.

• À lire aussi: Le ski de semaine a sauvé la saison

Les nombreuses restrictions sanitaires mises en place dans la province cet hiver auront au moins permis de renforcer l’attrait des Québécois pour les activités de plein air qui a connu un sommet inégalé, selon les résultats préliminaires de l’Étude économique et financière de l’industrie du ski dévoilés jeudi.

«La pandémie a certes constitué une crise pour les stations, mais elle les a forcées à revoir leur modèle d’affaires, à accélérer le changement et à s’adapter aux multiples mesures sanitaires, des opportunités donc pour améliorer leur performance», a expliqué vendredi par voie de communiqué l’Association des stations de ski du Québec (ASSQ).

Près de 6,1 millions de jours-ski ont été enregistrés pour la saison 2020-2021, un nombre plus élevé que la moyenne des dix dernières années établie à 5,9 millions, a indiqué le professeur émérite en tourisme de l’ESG UQAM et co-auteur de l’Étude économique et financière des stations de ski du Québec, Michel Archambault, lors du Rendez-vous de l’ASSQ.

Et les abonnés de saison ont été très présents sur les pistes cet hiver, représentant plus de 61 % de l’achalandage total.

«L’achalandage normalement accru les fins de semaine se serait déplacé vers un achalandage soutenu durant les jours de semaine, qui sont en augmentation de près de 3 % grâce aux nouvelles possibilités qu’offre le télétravail», a souligné l’ASSQ.

Baisse des revenus des stations

La fréquentation en hausse n’aura toutefois pas permis aux stations de ski de générer des revenus lors de la saison qui s’est terminée le 2 mai dernier.

Les petites stations de la Belle Province ont d’ailleurs connu une baisse importante de leurs revenus d’abonnements (-9 %) et de la vente des billets journaliers (-23,1 %). Et les écoles de ski ont été les plus impactées par les fermetures pendant la pandémie de COVID-19 avec une diminution de 62,3 %.

«Le fait d’avoir pu maintenir nos opérations ski, l’obtention de la Subvention salariale d’urgence du Canada pour la majorité des stations de ski et l’appui de quelques autres programmes gouvernementaux ont été salvateurs pour les stations de ski du Québec. Si l’on se compare avec d’autres industries du loisir ou du tourisme, les stations sont les grandes miraculées de la crise de la COVID-19», a mentionné Yves Juneau, président-directeur général de l’ASSQ.