/news/society
Navigation

Le Marché Jean-Talon prend du galon

Coup d'oeil sur cet article

Le Marché Jean-Talon a fait face à plusieurs défis dans les dernières années, notamment avec un conflit entre les locataires et la direction. Depuis l’arrivée du nouveau directeur général, la situation s'est nettement améliorée et, pour la saison 2021, plusieurs nouvelles initiatives sont mises sur pied pour redorer l’image de ce blason montréalais.  

Ce samedi marque la première journée de piétonisation, et les gens sont au rendez-vous. 

Nicolas Fabien-Ouellet, directeur général de la Corporation de gestion des marchés publics de Montréal, explique que trois kiosques sont louables à la journée ou à la fin de semaine pendant toute la saison. Ceux-ci sont disponibles pour les nouvelles entreprises agricoles qui veulent se lancer et essayer de vendre leurs produits au marché. 

Notre journaliste, Richard Olivier, a rencontré deux entreprises qui louent ces kiosques. 

«Je dirais qu'on n'est pas capables de produire autant qu'on vend», affirme Ricardo Campos, producteur de champignons. «D'habitude, on a tout vendu à 15h. On est très contents.»

Rebecca Turcot, copropriétaire de l'entreprise MicroGreenRoots, apprécie aussi son expérience. 

«Je vous dirais que 75% des clients qu'on a, on ne les rencontre pas», dit Mme Turcot. «Tandis qu'ici, on a la chance justement d'avoir les commentaires, de voir des gens qui nous voient pour la première fois, et ils me disent ''ah, on achète vos produits à tel magasin'', je pense que là d'aller vraiment à la rencontre des clients, c'est important, et comme ça on peut s'améliorer, on peut changer des trucs.»

En outre, une quarantaine d’emplacements sont toujours disponibles, donc il pourrait y avoir 20 entreprises de plus au Marché Jean-Talon. 

«Dans la dernière année, on a travaillé étroitement avec nos membres pour se questionner et trouver des solutions», explique M. Fabien-Ouellet. «On a fait un plan stratégique pour les cinq prochaines années. On s’est rendu compte que le Marché Jean-Talon, c’est l’amiral des marchés publics de Montréal, tout le monde y transite quand ils viennent visiter la ville.»

Pour les prochaines années, M. Fabien-Ouellet et son équipe veulent améliorer l’offre avec des segments comme le prêt-à-manger. Malgré ces nouvelles initiatives, le directeur général dit que le marché va toujours être pour les agriculteurs, d’abord et avant tout. 

Le Marché Jean-Talon est ouvert 7 jours par semaine, 365 jours par année.