/news/currentevents
Navigation

149 ménages à la rue

De nombreuses familles touchées auront besoin d’aide en pleine crise du logement à Montréal

FD-SUIVI-FEU-DDO
Photo Agence QMI, Thierry Laforce Dimanche matin, les pompiers ne pouvaient que constater les dégâts de l’important brasier.

Coup d'oeil sur cet article

Un appel à l’aide est lancé aux autorités pour soutenir les 149 ménages, dont plusieurs familles dans des situations déjà précaires, qui se retrouvent à la rue à la suite d’un violent incendie survenu samedi soir à Dollard-des-Ormeaux. 

« C’est une crise », qualifie Nazih Heni, qui habitait l’un des 149 appartements de l’immeuble qui a été ravagé par les flammes samedi soir sur le boulevard Brunswick, à Dollard-des-Ormeaux sur l’île de Montréal. 

Il croit que les gouvernements devraient venir en aide aux sinistrés, qui ne roulent pas sur l’or et qui se retrouvent à la rue en pleine crise du logement, souligne-t-il. 

« La majorité des familles sont immigrantes et beaucoup ne connaissent personne qui peut les aider. Ça va être la misère pour eux. »  

Parmi les ménages touchés, 75 ont sollicité l’aide de la Croix-Rouge, qui offre l’hébergement pour deux nuits à l’hôtel ainsi que des vêtements et de la nourriture pour 72 heures.

Le feu a causé d’importants dommages à une trentaine d’unités. 

Néanmoins, tous les appartements en ont également subi les conséquences et sont inhabitables parce que l’incendie a touché une partie névralgique de l’édifice, explique Carlos Salguero, de York Holdings, l’entreprise qui gère l’immeuble. 

L’important brasier de la veille.
Photo Agence QMI, Thierry Laforce
L’important brasier de la veille.

Plus d’électricité ni d’eau chaude

« Tout le système s’est effondré, a dit M. Salguero. Il n’y a plus d’électricité, d’eau chaude, de gaz. » 

Dimanche, la cause de l’incendie était toujours inconnue ; des enquêteurs du Service de police de la Ville de Montréal étaient sur place afin de recueillir des indices. 

Aucun élément suspect n’a été découvert sur place, mais la police a pris le relais en raison de l’intensité du brasier. 

Un vrai choc  

Pierre Lemay reste optimiste même si son appartement a été complètement détruit.
Photo Olivier Faucher
Pierre Lemay reste optimiste même si son appartement a été complètement détruit.

Pierre Lemay a vu son appartement être complètement détruit par les flammes parce que celui-ci était au cœur de l’incendie, qui s’est déclenché un peu avant 21 h.

Il revenait alors de promener son chien et croyait au départ qu’il s’agissait de l’une des fausses alarmes qui surviendraient fréquemment dans l’immeuble. 

« Ç’a pris en feu comme une boîte d’allumettes. C’était un brasier incroyable. » 

« J’ai beaucoup d’amis qui offrent de m’aider, dit-il. Il faut vraiment repartir à zéro et c’est vraiment un choc, mais je vais m’en sortir. J’en ai vu des vertes et des pas mûres dans ma vie. Je regarde ça d’un bon œil. » 

Sur sa chaise de camping, Ruth Makinen, comme des dizaines d’autres personnes, a attendu de longues heures dimanche avant-midi devant l’édifice, espérant pouvoir récupérer ses médicaments et voir si son oiseau avait survécu. 

« Il y en a qui ont été pires que moi parce qu’il y en a qui ont tout perdu », a-t-elle souligné.

Soutien 

York Holdings promet d’aider le plus de gens possible en les relogeant dans l’un des autres immeubles dont elle est propriétaire. 

« La compagnie se sent responsable envers eux, exprime M. Salguero. Ceux qui voudront retourner lorsque ce sera sécuritaire pourront le faire », précise-t-il. 

Un groupe Facebook a également été créé pour coordonner une campagne de dons aux familles sinistrées. Plusieurs personnes et entreprises y ont offert divers biens et nourriture. 

À VOIR AUSSI