/finance/business
Navigation

Air Canada: les hauts dirigeants renoncent à leurs primes

Coup d'oeil sur cet article

Les hauts dirigeants d’Air Canada ont annoncé dimanche qu’ils renonçaient à leurs primes, après avoir suscité la controverse à Ottawa, ces bonis ayant été qualifiés d’«inacceptables» par le premier ministre Justin Trudeau.

• À lire aussi: Front commun à Ottawa contre les bonis de 20M$ chez Air Canada

• À lire aussi: Un honteux 20M$ aux patrons d’Air Canada

• À lire aussi: L’impudeur qu’on ne devait plus revoir

«Les vice-présidents généraux et le président et chef de la direction actuels d’Air Canada ont choisi de volontairement rendre leurs primes et leurs droits à la plus-value d’actions de 2020», a indiqué en soirée la compagnie aérienne par voie de communiqué.

  • Écoutez le journaliste Alexandre Dubé avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

Près de 10 millions $ de primes totales avaient été offerts à 900 employés du transporteur, dont plus de 8 millions $ attribués à des cadres intermédiaires. Une partie a aussi été remise à l’ancien président-directeur général, Calin Rovinescu, qui a quitté Air Canada en février dernier, a fait savoir la compagnie aérienne.

Ce dernier a également accepté de renoncer à cette somme et remettra sa valeur à la Fondation Air Canada.

«Étant donné l’ampleur considérable de la confusion, de la désinformation et de la déception du public à l’égard de ces programmes de rémunération et en soutien à mes anciens collègues, je donne la totalité de ma prime et de mes droits à la plus-value d’actions pour 2020 à la Fondation Air Canada. Je sais qu’il sera fait bon usage de ces fonds en ces temps difficiles», a déclaré M. Rovinescu.   

  • Écoutez la chronique économique de Michel Girard sur QUB radio:   

«Pas le moindre dollar des contribuables et aucun fonds provenant du soutien financier sectoriel du gouvernement du Canada ne servent à financer les primes destinées aux employés ou aux dirigeants d’Air Canada», a également soutenu le transporteur aérien.

La vice-première ministre Chrystia Freeland et le ministre des Transports Omar Alghabra ont salué cette décision.

«Malgré le fait que cette situation aurait pu être complètement évitée par Air Canada, nous reconnaissons qu’il s’agit d’un pas dans la bonne direction de la part des cinq cadres supérieurs quant au remboursement des primes et des unités d'appréciation des actions qu'ils ont reçues pour l’année 2020», ont-ils mentionné dans une déclaration commune.

«Les Canadiens ont raison de s'attendre à ce que les entreprises se comportent de manière responsable — surtout en ce qui a trait à la rémunération des cadres — lorsqu’elles reçoivent un soutien financier de la part du gouvernement pendant la pandémie», ont-ils ajouté.

Les hauts dirigeants et près de 3200 gestionnaires avaient d’ailleurs consenti à une réduction totale de 11,5 millions $ de leur salaire de base. Une baisse qui pouvait être compensée par des droits à la plus-value d’actions, selon Air Canada.

Rappelons qu’une motion du Bloc québécois avait été adoptée jeudi à la Chambre des communes pour dénoncer ces bonis remis, alors que la compagnie a fait face à d’importantes difficultés en raison de l’arrêt du trafic aérien pendant la pandémie de COVID-19. 

  • Écoutez la chronique économique d’Yves Daoust, directeur de la section Argent du Journal de Montréal, sur QUB radio: