/world/middleeast
Navigation

Israël : Netanyahu se défend « d’inciter » ses partisans à la violence

Israël : Netanyahu se défend « d’inciter » ses partisans à la violence
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le premier ministre israélien sortant Benjamin Netanyahu, accusé d’intimider les soutiens d’un possible gouvernement de coalition cherchant à l’évincer du pouvoir, s’est défendu dimanche de toute « incitation à la violence », dans un climat politique tendu qui inquiète jusqu’aux services de sécurité locaux. 

• À lire aussi: Semaine décisive en Israël avec une coalition anti-Nétanyahou aux portes du pouvoir

• À lire aussi: Israël: l’opposant Yaïr Lapid réussit à rallier une coalition anti-Netanyahu

Samedi soir, Nadav Argaman, le patron du Shin Bet (le service de renseignement intérieur israélien) est sorti de son habituelle réserve pour mettre en garde contre « une augmentation des discours incitant à la violence, notamment sur les réseaux sociaux ». 

Il a exhorté les responsables politiques de tous les partis à « appeler clairement à la fin de ces discours », qui peuvent être « compris par certaines personnes ou certains groupes comme un permis pour commettre des violences » pouvant aller jusqu’à entraîner des « blessures mortelles ».

Une partie de la presse locale a perçu dimanche ce commentaire comme un avertissement destiné au premier ministre sortant Benjamin Netanyahu, qui fait actuellement pression sur des députés afin de les convaincre d’abandonner leur appui au projet de gouvernement de coalition mené par son rival, le centriste Yaïr Lapid.

Israël : Netanyahu se défend « d’inciter » ses partisans à la violence
AFP

« Il y a une ligne très fragile entre la critique politique et l’incitation à la violence (...) et on ne peut pas dire que, quand la critique vient de droite, c’est de l’incitation à la violence et que, quand elle vient de gauche, c’est une utilisation justifiée de la liberté d’expression », s’est défendu dimanche M. Netanyahu, devant les cadres de son parti, le Likoud.

« Je condamne toute incitation à la violence », a-t-il ajouté, qualifiant de tels appels d’« illégitimes ».

« Gouvernement dangereux »

M. Netanyahu a estimé être la cible d’une campagne « encore plus grave » dirigée contre lui et ses proches et a qualifié de « gouvernement de gauche dangereux » la coalition hétéroclite formée par M. Lapid avec deux partis de gauche, deux du centre, trois de droite (dont Yamina, droite radicale nationaliste) et la formation arabe islamiste Raam.

Le vote de confiance du Parlement, dernière étape pour formaliser ce premier gouvernement sans Benjamin Netanyahu depuis plus de 12 ans, pourrait intervenir dès mercredi ou le lundi 14 juin, selon des médias israéliens.

Ces derniers jours, des soutiens du premier ministre sortant ont organisé des rassemblements devant les domiciles de plusieurs membres du parti Yamina, dirigé par Naftali Bennett, qui devrait prendre en premier la tête du gouvernement selon les termes d’un accord de partage du pouvoir signé avec Yaïr Lapid.

Dans une intervention télévisée, M. Bennett s’est adressé dimanche soir à M. Netanyahu lui demandant de « cesser » la campagne « violente » contre les élus de droite de la nouvelle coalition.

« D’une part, il y a des critiques légitimes, de l’autre une attitude inquiétante », a-t-il affirmé.

Il a par ailleurs appelé le président du Parlement à annoncer lundi que le vote de confiance pour le nouveau gouvernement se tiendra mercredi.

« Nous savons que Netanyahu met la pression pour retarder ce vote afin de tenter de trouver des déserteurs, mais vous devez agir pour le bien de l’État d’Israël pas pour celui de M. Netanyahu », a déclaré M. Bennett.

La commission des affaires sécuritaires du parlement a annoncé qu’elle réunira en urgence lundi à 9h, heure locale, à la « lumière de l’avertissement inhabituel émis par le chef du Shin Bet » ainsi que dans la perspective d’une « marche des drapeaux » prévue jeudi à Jérusalem-Est, à l’appel de figures de l’extrême droite israélienne.