/opinion/columnists
Navigation

Plaidoyer pour les bals de finissants

Coup d'oeil sur cet article

Avec l’amélioration de la situation sanitaire, la diminution des mesures en conséquence et la progression du taux de vaccination, il faut revoir la décision d’annuler les bals de finissants encore cette année.

Le sujet peut sembler frivole, mais il n’en est rien. « Ce n’est pas un détail, ce n’est pas une baliverne, c’est quelque chose qui vient les chercher, surtout qu’il faut saluer la persévérance de ces jeunes-là », disait cette semaine le psychologue Égide Royer, en entrevue avec Mario Dumont. 

L’expert en éducation considère que la Santé publique devrait jeter du lest sur cette question et permettre des solutions créatives pour que les jeunes puissent célébrer. 

Période cruciale 

La jeunesse ne passe qu’une fois. Celle de nos ados a été hypothéquée par la pandémie. 

En adultes responsables, nous avons tous consenti à des sacrifices afin de lutter contre le coronavirus. Pour les adolescents, ces sacrifices auront été d’autant plus importants qu’ils sont survenus dans une période cruciale de leur développement. Une période où on peut encore considérer la vie avec plus de légèreté, sans toutes les responsabilités qui viennent avec l’âge adulte. 

Les finissants n’ont pas pu profiter de leur dernière année du secondaire et la vivre à fond. Au lieu de ça, ils ont passé leur année en ligne, découragés et stressés plus souvent qu’à leur tour. Ils ont travaillé fort pour ne pas sombrer dans le désespoir.  

Pas pour écœurer 

« On veut pouvoir partir sur une note positive, contrairement à ce que notre année a été », m’ont résumé un groupe d’adolescentes qui espèrent un revirement. « Le bal, ce serait probablement le seul élément qui nous ferait sourire quand on repenserait à notre secondaire 5. » 

« On n’est pas là pour écœurer la population », s’est défendu cette semaine le Dr Horacio Arruda, directeur national de la santé publique. C’est clair. Mais certaines décisions méritent d’être revues, et l’annulation des bals de finissants en est un bel exemple.