/news/society
Navigation

Des syndiqués tournent le dos au maire de Terrebonne

Coup d'oeil sur cet article

Une coalition de syndiqués de la Ville de Terrebonne, dans Lanaudière, dénonce le climat de travail et le piétinement des négociations de leur convention collective.

• À lire aussi: Mathieu Traversy souhaite devenir maire de Terrebonne

Selon les syndiqués, le maire Marc-André Plante et son directeur général, Alain Marcoux, se sont carrément mis à dos les syndiqués comme les professionnels, les cols bleus, les cols blancs, les pompiers, les policiers qui forment cette coalition.

Ces derniers ont posé un geste symbolique, lundi, en tournant le dos à l’hôtel de ville. Ce geste est inspiré par le slogan de leur campagne : «Plante se met tout le monde à dos!».

Les syndiqués sont sans convention collective, dans certains cas depuis 2018, dans d’autres depuis décembre 2020. 

«Une augmentation fulgurante des mesures disciplinaires de notre côté, donc c’est déjà un indicateur. Et puis sinon ça paraît dans la microgestion quotidienne. Il y a beaucoup d’interventionnisme qui se fait à tous les niveaux. Et les départs à la retraite précipités en témoigne, les congé de maladie et autres», dénonce Guillaume Tremblay, porte-parole de la coalition intersyndicale de Terrebonne. 

Un nouveau candidat à la mairie

L'ancien député péquiste Mathieu Traversy a annoncé, lundi, son intention de briguer la mairie de Terrebonne.

Celui qui a été député de Terrebonne de 2008 à 2018, a démissionné vendredi du poste de consultant politique qu'il occupait depuis septembre dernier auprès du parti municipal Mouvement Terrebonne.

– D'après les informations d'Yves Poirier, avec l'Agence QMI