/finance/opinion/columnists
Navigation

Air Canada: la «prime de motivation» demeure

Air Canada
Photo d'archives, Chantal Poirier Calin Rovinescu a été à la barre d’Air Canada pendant près de 12 ans, jusqu’en février 2021. Il a piloté la majeure partie des négociations en vue du plan d’aide de 5,9 G$.

Coup d'oeil sur cet article

Sur les primes de « motivation » de 10 millions de dollars que la société Air Canada a versées à ses cadres en 2020, seuls les cinq hauts dirigeants renoncent finalement à la scandaleuse prime qui a soulevé la colère au sein de la population et à la Chambre des communes. Leur quote-part de ces primes totalisait 1,8 million $.

Les autres bénéficiaires de la « prime de motivation », soit 900 cadres intermédiaires d’Air Canada, conservent les 8,2 millions $ en primes qu’ils ont reçus à titre de « motivation ».

Dans une déclaration commune, la ministre des Finances Chrystia Freeland et le ministre des Transports Omar Alghabra ont salué la volte-face des hauts dirigeants d’Air Canada au sujet des inacceptables primes de motivation qui leur ont été versées en pleine crise de pandémie de COVID-19.     

  • Écoutez la chronique économique de Michel Girard sur QUB radio:    

ON SE CALME

Franchement, les ministres Freeland et Alghabra auraient intérêt à se calmer l’enthousiasme devant la décision de la haute direction d’Air Canada de renoncer à leurs primes de motivation.

Après tout, il ne s’agit que du remboursement partiel (même pas 20 %) des primes de motivation qu’Air Canada a versées à ses centaines de cadres alors que l’année 2020 s’est avérée catastrophique. Je vous rappelle qu’Air Canada a bouclé l’année 2020 dans le trou de 4,9 milliards $ et a mis à pied plus de 20 000 employés.

C’est nous, par l’entremise du gouvernement Trudeau, qui avons sauvé Air Canada de la grande déconfiture financière en lui octroyant une aide financière de 5,9 milliards $, en plus de lui avoir versé un montant brut de 656 millions $ en subvention salariale d’urgence.

  • Écoutez la chronique économique d’Yves Daoust, directeur de la section Argent du Journal de Montréal, sur QUB radio:

LA GRATIFICATION

Face à la gigantesque aide financière gouvernementale dont a bénéficié Air Canada, je ne comprends pas pourquoi les 900 cadres intermédiaires méritent, eux, de conserver leurs primes de motivation.

Le prétexte invoqué par Air Canada : ces 900 cadres ont travaillé très fort pour assurer la survie de la société durant la crise qui a frappé de plein fouet Air Canada à la suite de la paralysie du transport aérien à cause de la COVID-19.

Question importante laissée sans réponse claire : Air Canada n’a pas voulu me dire si, oui ou non, les 900 cadres en question faisaient partie de « la plupart des effectifs » couverts par la subvention salariale d’urgence.

LA RENONCIATION

Revenons aux membres de la haute direction. En plus de leur « prime de motivation », ils ont également renoncé aux droits à la plus-value d’actions que le Conseil d’administration d’Air Canada leur avait octroyée afin de leur permettre de récupérer le montant de la réduction salariale consentie lors des premiers mois de la pandémie de la COVID-19. 

Dans le tableau, plus bas, vous trouverez ce à quoi renoncent les hauts dirigeants d’Air Canada.

UNE ÉNIGME

Dans la circulaire de la direction qui a été publiée à la fin mai en vue de l’assemblée annuelle qui se tiendra le 29 juin prochain, il est écrit à la page 66 : « Compte tenu du rendement exceptionnel de la direction pendant cette période sans précédent, nous avons approuvé une prime de motivation liée à la pandémie de COVID-19 de 20 millions de dollars [...] dont 10 millions de dollars ont été attribués aux personnes qui ont joué un rôle déterminant dans la survie de la Société pendant la pandémie de COVID-19. »

Il resterait donc un solde de 10 millions $ de « prime de motivation » non encore utilisé. 

À surveiller !

CE À QUOI ONT RENONCÉ LES CINQ HAUTS DIRIGEANTS D’AIR CANADA

NOM PRIMES DE MOTIVATION DROITS À LA PLUS-VALUE
Calin Rovinescu (ex-PDG) 723 000 $ 490 000 $
Michael Rousseau (PDG) 420 000 $ 245 000 $
Lucie Guillemette 267 750 $ 118 125 $
Craig Landry 229 500 $ 107 456 $
David Shapiro 198 900 $ 106 142 $