/news/politics
Navigation

Le maire Marinacci aurait protégé un employé

Normand Marinacci CMQ
Photo tirée de Facebook

Coup d'oeil sur cet article

Le maire de L’Île-Bizard, Normand Marinacci, avait mis en garde son directeur d’arrondissement de ne pas «toucher» à un employé municipal, plusieurs mois avant de tenter d’empêcher son congédiement.  

• À lire aussi: Plante doit décider du sort d’un élu visé par une enquête

• À lire aussi: Autres allégations contre le maire de L’Île-Bizard

• À lire aussi: Le maire blâmé pour avoir protégé un employé gênant

C’est ce qu’a affirmé Daniel Le Pape, ancien directeur de l’arrondissement de L’Île-Bizard-Sainte-Geneviève, mardi devant la Commission municipale du Québec (CMQ). 

Le tribunal de la CMQ se penche depuis lundi sur un possible manquement éthique de Normand Marinacci, qui se serait ingéré dans les pouvoirs des fonctionnaires. 

Comme le révélait notre Bureau d’enquête en mars, M. Marinacci aurait empêché le congédiement du coordonnateur de sécurité publique, Vincent Harvey, pourtant visé par deux enquêtes internes de la Ville de Montréal.

Vincent Harvey
Photo Facebook
Vincent Harvey

«Touche pas à ce gars-là»

«J’arrive à peine dans mes fonctions et M. Marinacci m’invite au restaurant pour parler de dossiers dont celui de Vincent Harvey. Il m’a dit : “Touche pas à ce gars-là.”», a relaté Daniel Le Pape.

Il avait à ce moment questionné le maire sur la nécessité d’acheter un gilet pare-balles pour le coordonnateur de la sécurité publique. 

L’ancien directeur général dit avoir compris de cet avertissement que M. Harvey «rendait de loyaux services au bureau du maire» et était «l’homme de confiance» de M. Marinacci. 

Environ neuf mois plus tard, Vincent Harvey était visé par une première enquête du bureau du contrôleur général de la Ville de Montréal, qui établissait qu’il avait volé du temps et utilisé son véhicule de fonction à des fins personnelles. 

L’enquêtrice du bureau du contrôleur général, Nancy Gascon, a indiqué dans son témoignage qu’un appareil de géolocalisation avait installé sur le véhicule de fonction pour suivre ses déplacements. 

Pendant les jours où le GPS était installé, M. Harvey a « arbitré 16 matchs de baseball, sur ses heures de travail », a dévoilé l’enquêtrice.

Il se range du bord du maire

Selon son témoignage, M. Le Pape jugeait après cette enquête que Vincent Harvey «méritait un congédiement» et l’a mentionné «à plusieurs reprises» à Normand Marinacci.

Toutefois, il assure qu’il a changé son fusil d’épaule après que le maire Normand Marinacci eut «fait sa propre enquête». 

«J’ai adhéré au résultat de l’analyse du maire, a-t-il dit. Le maire a dit : “On va lui donner une deuxième chance” et j’ai adhéré.»

Il affirme que par une décision «mutuelle», le maire et lui ont décidé de donner une «évaluation négative» à Vincent Harvey et de prendre des «mesures administratives».

Les audiences de la Commission municipale se poursuivent lundi prochain.