/sports/others
Navigation

Water-polo: Page d’histoire pour un Montréalais

Le poloïste Nicolas Constantin-Bicari atteint la finale de la Ligue des champions avec le FTC Budapest

Nicolas Constantin-Bicari
Photo courtoisie, FTC Budapest Nicolas Cosntantin-Bicari (bonnet vert) est devenu le premier Canadien de l’histoire à participer à la finale de la Ligue des champions de water-polo.

Coup d'oeil sur cet article

Le Montréalais Nicolas Constantin-Bicari a écrit une page du water-polo canadien, samedi, en participant à la finale de la Ligue des champions disputée à Belgrade.

Portant les couleurs du FTC Budapest, Constantin-Bicari est le premier Canadien à avoir atteint la rencontre ultime de la Ligue des champions. Malgré une défaite de 9 à 6 en finale face au club italien Pro Recco, il était très heureux du parcours de son club. 

Il a notamment inscrit le but de la victoire avec 21 secondes à écouler au cadran dans une victoire de 14 à 12 en demi-finale contre l’équipe italienne de Brescia.

« Ce fut l’un des plus beaux moments de ma carrière, un moment que je n’oublierai jamais, a exprimé Constantin-Bicari. J’ai vécu des moments incroyables. C’était un objectif de gagner une médaille en Ligue des champions avant la fin de ma carrière et je voulais disputer une finale pour l’or. C’était la raison principale pour laquelle j’avais choisi Budapest il y a deux ans. Je suis parti de la maison depuis 2010 quand je me suis joint au Centre national à Calgary et cette médaille représente beaucoup de sacrifices surtout dans un sport qui n’est pas très connu au Canada, mais très populaire ailleurs. »

« Parce que nous avons remporté l’argent au lieu de l’or, il y a des sentiments mitigés, mais je suis très fier de notre parcours au cours d’une saison difficile en raison de la COVID-19, a indiqué le centre avant de 29 ans qui avait terminé au quatrième rang en 2015 avec le Jug de Dubrovnik. 

« En finale, nous avons manqué d’énergie en deuxième demie. Nous étions déjà privés d’un joueur en raison d’une expulsion en demi-finale et nous avons perdu deux joueurs au cours de la finale parce qu’ils ont chacun écopé de trois exclusions. »

Exploit

Cette médaille avait une saveur particulière pour Constantin-Bicari. 

« C’est la plus grosse compétition au niveau des clubs. Avec le Canada, c’est impossible de penser monter sur le podium au championnat mondial ou aux Jeux olympiques parce qu’il y a des puissances installées au sommet depuis plusieurs années. »

Sport très populaire

Si le soccer est le sport de prédilection des Hongrois, le water-polo occupe aussi une place importante dans leur cœur. 

« Le water-polo n’est pas loin derrière, a affirmé celui qui a débuté sa carrière professionnelle avec le Cercle des nageurs à Marseille en 2012. La Hongrie a remporté l’or olympique en 2004, 2008 et 2012. Depuis que je suis jeune, je regarde la Hongrie gagner des médailles. Parce que la saison 2020 a été annulée, je suis très content d’avoir pu retourner à Budapest pour une deuxième année. Avec une piscine remplie en septembre pour la finale de la Hongrie et pendant les séries éliminatoires en mai, j’ai pu vivre l’engouement et la popularité du sport. C’est pourquoi je tenais à y retourner pour une deuxième saison. »

Parce qu’il signe uniquement des contrats d’un an, Constantin-Bicari n’a pas encore arrêté son choix pour la prochaine saison. 

« Parce que j’adore le club, le coach et que j’ai un rôle bien établi, Budapest représente une option super intéressante, mais je veux me reposer et me donner cinq à six semaines avant de prendre une décision. Malgré le départ de plusieurs joueurs, Budapest aura encore une très belle équipe l’an prochain et je suis en communication avec eux. »

Qualification olympique

Constantin-Bicari veut poursuivre sa carrière jusqu’aux Jeux olympiques de Paris en 2024. 

Le Canada n’a pas été en mesure de se qualifier pour Tokyo lors du tournoi de Rotterdam en février, s’inclinant en quart de finale face à la Russie. 

« C’est vraiment décevant de ne pas aller aux Jeux, mais les Canadiens qui sont demeurés au pays ont été un an sans disputer un match avec contact et la préparation a été affectée, explique-t-il. Un nouvel entraîneur-chef sera embauché dans un mois et il y a un beau potentiel. C’est trop loin pour que je me prononce si je vais continuer jusque là, mais les jeunes talentueux qui montent auront une belle opportunité à Los Angeles en 2028. »