/world/pacificasia
Navigation

Birmanie : risques de « morts en masse », avertit le rapporteur de l’ONU

Birmanie : risques de « morts en masse », avertit le rapporteur de l’ONU
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le rapporteur spécial de l’ONU sur la situation des droits de l’homme en Birmanie a averti que la faim et les maladies risquaient de provoquer des « morts en masse » après les combats dans l’est de ce pays dans le chaos depuis le coup d’État militaire du 1er février. 

• À lire aussi: Birmanie: Prêts à lutter contre la junte, des jeunes s’entraînent auprès de groupes rebelles

• À lire aussi: Birmanie: Aung San Suu Kyi en bonne santé, selon le chef de la junte

Dans l’État Kayah proche de la frontière thaïlandaise, des combats se sont intensifiés ces dernières semaines. Des habitants ont accusé l’armée d’avoir tiré des obus d’artillerie, tombés près de villages.

Le bureau de l’ONU en Birmanie a estimé mardi qu’environ 100 000 personnes avaient été déplacées par ces nouveaux combats. Il a fait état d’un « besoin urgent » de nourriture, d’eau et d’abris alors que les restrictions aux déplacements imposées par les forces de sécurité retardent l’acheminement de l’aide indispensable.

« Les attaques brutales et indiscriminées de la junte menacent la vie de plusieurs milliers d’hommes, de femmes et d’enfants dans l’État Kayah », a tweeté mardi le rapporteur spécial de l’ONU Tom Andrews. « Beaucoup ont été forcés de s’enfuir dans les forêts environnantes, sans eau ou nourriture ni abri ».

« Des morts en masse en raison de la famine, des maladies et des risques, à une échelle que nous n’avons pas encore connue (...) pourraient se produire dans l’État Kayah sans action immédiate ».

La Birmanie est dans la tourmente et son économie paralysée depuis le coup d’État militaire du 1er février et la brutale répression de toute contestation a tué plus de 800 personnes, selon une ONG locale qui recense les victimes.

Des affrontements ont éclaté en plusieurs points du pays et des habitants ont parfois formé leurs propres « forces de défense » en particulier dans les quartiers particulièrement frappés par la répression.

L’Association des nations d’Asie du Sud-Est (Asean) a entrepris des efforts diplomatiques pour tenter de régler la crise, mais les luttes intestines au sein de cette organisation n’ont pas permis d’enregistrer des progrès.

Du côté de la Chine, alliée traditionnelle des généraux birmans, le ministre des Affaires étrangères Wang Yi a réitéré mardi que la politique de Pékin envers son voisin « n’est pas affectée par les changements dans la situation interne et extérieure de la Birmanie ».

« La Chine a soutenu, soutient et soutiendra la Birmanie à choisir une voie de développement qui lui convienne », a ajouté M. Wang lors d’une rencontre à Chongqing avec le ministre birman des Affaires étrangères nommé par la junte, U Wunna Maung Lwin.