/lifestyle/columnists
Navigation

Il n’y en a toujours que pour les femmes!

Coup d'oeil sur cet article

Je veux bien croire que les femmes sont souvent victimes de violence conjugale, mais qui pense à parler de la violence cachée que certaines femmes exercent à l’égard de leur conjoint ? Jamais je n’ai lu ça dans votre page et pourtant je vous lis souvent. 

Je viens de quitter ma conjointe, la mère de mon enfant, après sept ans de vie commune, parce que sa rigidité envers moi était devenue insupportable. Davantage encore après 14 mois de pandémie où la promiscuité la rendait encore plus invivable qu’avant.

En plus de ma femme qui nie les faits, toute ma famille me reproche d’abandonner le bateau en pleine tempête, alors qu’elle n’a plus de job et que nos finances sont dans le rouge. Mais comme personne ne sait ce que je souffre au quotidien, c’est moi qui passe pour le trou de c... évidemment elle ne m’a jamais frappé avec ses poings, mais avec ses mots, ça oui. Comment faire entendre ma version et espérer être cru, surtout de sa part à elle qui ne se voit pas aller ?

Un gars

C’est déjà un grand pas d’être parti, en plus de dénoncer officiellement l’attitude de votre femme. Maintenant il faut travailler à déconstruire le cercle de violence pour espérer rebâtir quelque chose, si c’est encore possible. Ne connaissant pas vos moyens pour entamer une thérapie conjugale, commencez d’abord par appeler SOS violence conjugale au 1-800-363-9010. En racontant votre histoire, on pourra vous orienter.