/sports/opinion/columnists
Navigation

J’ai le même feeling qu’en 1993

HKN-HKO-SPO-WINNIPEG-JETS-V-MONTREAL-CANADIENS---GAME-FOUR
Photo AFP Carey Price joue dans la tête de ses adversaires.

Coup d'oeil sur cet article

On dit que l’histoire se répète. Je dois avouer que le Canadien d’aujourd’hui me fait penser à l’équipe championne de la coupe Stanley de 1993. J’ai d’ailleurs le même feeling que cette année-là, quand j’avais 17 ans et que ma famille avait un abonnement de saison du Forum.

Tout comme à l’époque, on voit un beau mélange de jeunesse et d’expérience au sein d’une formation appuyée par un gardien au sommet de sa forme. La magie s’installe, tout le monde apporte sa contribution et le CH semble gagner en confiance de match en match. On trouve toujours une façon de gagner. 

J’avais prédit une victoire du Canadien en six parties sur Winnipeg, mais je n’aurais jamais imaginé un balayage contre les Jets, qui misaient sur un gardien détenteur du trophée Vézina en Connor Hellebuyck. 

Hellebuyck a été bon, mais son vis-à-vis, Carey Price, était imbattable ou presque. En prolongation, tout comme ce fut le cas contre les Maple Leafs de Toronto et Jack Campbell, il était évident que le meilleur gardien se trouvait devant le filet montréalais. 

Parlant de prolongation, le Canadien a déjà trois victoires en autant d’occasions, dont deux face à l’élimination contre les Leafs. Je ne suis pas en train de dire que le Tricolore va gagner 10 rencontres en prolongation comme en 1993 et capturer la coupe Stanley, mais il gagne des duels serrés, et Price est dans la tête de ses adversaires, tout comme Patrick Roy l’était à l’époque. Tout est possible maintenant. 

Je vous garantis que ni les Golden Knights de Vegas ni l’Avalanche du Colorado ne prendront le Canadien à la légère au prochain tour. La troupe de Dominique Ducharme a mérité le respect et a fait passer un sérieux message par sa remontée contre les Leafs et le balayage des Jets. 

Price et Weber en mission

Le Canadien joue du hockey inspiré et l’on sent que Price et Shea Weber veulent accomplir quelque chose qu’ils n’ont jamais réussi. Ils sont en mission. Leur réaction après l’élimination des Jets était très sobre et ça prouve une chose : ils n’ont qu’un objectif, soit la coupe Stanley. 

Il faut reconnaître que Marc Bergevin a vu juste pour ses acquisitions. Il s’est bâti un club pour les séries éliminatoires et la profondeur a rapporté. Il a l’air d’un génie, aujourd’hui. 

Ducharme a su prendre les décisions et il n’a jamais paniqué, même en tirant de l’arrière 3 à 1 contre Toronto. Ça prend du nerf pour un entraîneur qui en est à sa première année de rayer de la formation un vétéran comme Tomas Tatar. 

Il a habilement implanté sa mentalité et son défi premier était d’obtenir l’appui de deux ou trois vétérans. Ils sont pratiquement tous montés à bord de son train, sauf Tatar, qui en a subi les conséquences. Vous pouvez maintenant enlever la partie « par intérim » au titre d’entraîneur-chef de Ducharme. 

Ça vaut de l’or

Et que dire de Corey Perry et d’Eric Staal ? Ils n’ont pas la vitesse de Nick Suzuki ou de Cole Caufield, mais ils savent jouer au hockey. À leur âge, on ne peut leur demander de mener une équipe pendant 82 matchs, mais pour un mois ou deux, leur expérience vaut de l’or. Ils livrent la marchandise. 

Les dénigreurs ont beau dire que la division Nord est plus faible, ça ne veut plus rien dire. Le Canadien est dans le carré d’as et c’est tout ce qui compte, surtout de la manière que joue Price. Il n’a pas été le gardien le plus constant au cours des deux dernières années, mais, présentement, il est dans sa zone, et, visiblement, il éprouve beaucoup de plaisir à jouer.  

Price est en pleine possession de ses moyens, et ça, ce n’est pas une bonne nouvelle pour ses futurs adversaires. Stéphane Waite avait raison lorsqu’il avait dit que Price était sur le point de retrouver tous ses moyens. 

Entrefilets  

Un duel Fleury-Price ?

HKN-HKO-SPO-WINNIPEG-JETS-V-MONTREAL-CANADIENS---GAME-FOUR
Photo AFP

Plusieurs aimeraient voir le Canadien affronter l’Avalanche du Colorado en demi-finale afin de ressasser de vieux souvenirs de la rivalité avec les Nordiques de Québec, mais, personnellement, j’adorerais voir un duel de gardiens entre Carey Price et Marc-André Fleury, des Golden Knights de Vegas. Fleury connaît une saison de rêve et son entraîneur, Peter DeBoer, semble l’avoir enfin compris. Ça serait aussi intéressant d’affronter l’ancien capitaine du Canadien Max Pacioretty. D’ailleurs, comme il connaît Price mieux que quiconque, il refilerait certaines informations à ses coéquipiers. Il faudra probablement un septième match pour déterminer le champion de la division Ouest. Chose certaine, le Canadien affrontera l’une des deux meilleures équipes de la LNH. 

L’effet Scheifele

HKN-HKO-SPO-WINNIPEG-JETS-V-MONTREAL-CANADIENS---GAME-FOUR
Capture d'écran, TVA Sports

La suspension de Mark Scheifele a fait mal aux Jets de Winnipeg, et même si j’ai beaucoup de respect pour Jake Evans (blessé par Scheifele), ce n’est pas une histoire de vengeance qui a changé la donne de la série. Les Jets ont perdu leur meilleur marqueur, alors que le Canadien a perdu un bon joueur de soutien qui a été remplacé par Artturi Lehkonen, de retour d’une blessure. Incidemment, la LNH est allée à la limite dans le cas de la suspension de Scheifele. Il méritait une suspension, mais pas de 10 ou 12 matchs comme le réclamaient plusieurs. Cela dit, je m’attendais à une meilleure opposition des Jets et de Pierre-Luc Dubois. 

Les Islanders bien placés

HKN-HKO-SPO-WINNIPEG-JETS-V-MONTREAL-CANADIENS---GAME-FOUR
Photo AFP

Les Islanders de New York pourraient expédier les Bruins de Boston en vacances dès ce soir, et, à vrai dire, ça ne serait pas une grande surprise. Une équipe dirigée par Barry Trotz est toujours dangereuse. Et en plus, leur gardien Semyon Varlamov semble avoir décidé de tenir le gouvernail. Tuukka Rask n’est pas à 100 % devant la cage des Bruins et ça pourrait leur coûter la série. À l’heure où vous lisez ceci, le Lightning de Tampa Bay a possiblement éliminé les Hurricanes de la Caroline. 

Propos recueillis par Gilles Moffet