/news/currentevents
Navigation

Un locataire se défend d'avoir saccagé une maison de Sherbrooke

Coup d'oeil sur cet article

Un locataire accusé d’avoir saccagé une maison de Sherbrooke avant d’en être évincé par son propriétaire s’est défendu, mercredi, des torts qui lui sont reprochés.

Marc-Antoine Demers, sa conjointe, Vanessa Boisvert, et leurs quatre enfants ont quitté la maison qu’ils louaient le 1er mai, expulsés par le propriétaire.

Le couple se défend d'être responsable de tous les dommages qu'on lui impute, à commencer par les odeurs nauséabondes d'urine et la présence d'excréments d'animaux dans la demeure.

Le locataire dit avoir enlevé les portes d'armoires dans la maison après que l'une d'entre elles soit tombée sur la tête d'un de ses enfants.

M. Demers prétend aussi que la rampe d'escalier était déjà endommagée à leur arrivée.

Le tapis arraché dans une des chambres, de son côté, s'expliquerait par trois dégâts d'eau causés par une toilette défectueuse. Cette fuite d'eau serait aussi à l'origine de la moisissure au plafond du sous-sol, images tournées par le locataire à l'appui.

Le couple dit avoir vécu deux refoulements d'eaux usées parce que, selon eux, le propriétaire refusait d'effectuer des réparations urgentes à sa fosse septique.

Confronté au fait que sa conjointe et lui sont visés par quatre jugements du Tribunal administratif du logement, Marc-Antoine Demers a cependant admis qu’ils sont de mauvais payeurs. Ses anciens propriétaires lui réclament des montants variant de 1300 à 6600 $ pour des loyers impayés.

Le propriétaire de la maison, Carlos Espana, avait affirmé mardi que le couple avait cessé de payer son loyer dans les mois précédents son départ et il estime le coût des dégâts à sa propriété à 35 000$. Malgré tout, il n'entend pas entreprendre de recours contre le couple, satisfait de leur départ.