/entertainment/movies
Navigation

Cinéaste à 21 ans

Le réalisateur Philippe Cormier enchaîne les tournages

LLCD Jour 4
Photo courtoisie Le jeune cinéaste Philippe Cormier sur le plateau de tournage de son premier long métrage, Lorsque le cœur dérange, l’été dernier.

Coup d'oeil sur cet article

Inspiré par le parcours d’un certain Xavier Dolan, Philippe Cormier n’a pas perdu de temps avant de réaliser ses premiers films. À seulement 21 ans, le jeune cinéaste s’apprête à tourner un second long métrage en moins d’un an et il a réussi à convaincre plusieurs acteurs connus de tenir les rôles principaux du film. 

Normand D’Amour, Jean-Pierre Bergeron, Brigitte Lafleur, Anne Casabonne, Sonia Vachon et Mélissa Bédard font partie des comédiens qui ont accepté de jouer dans le drame psycho-logique Le purgatoire des intimes, que Philippe Cormier tournera en août prochain à Montréal et dans les Laurentides. 

Le cinéaste, qui vient tout juste de célébrer son 21e anniversaire, en sera déjà à une seconde expérience derrière la caméra, après avoir tourné l’été passé un premier long métrage intitulé Lorsque le cœur dérange, présenté en avril dernier en ouverture du Festival Émergence.

Vous l’aurez deviné, Philippe Cormier n’est pas du genre à se tourner les pouces : « Je suis incapable de rien faire », lance en riant le jeune homme qui étudié en cinéma au Cégep de Saint-Jérôme.

Philippe Cormier
Photo courtoisie
Philippe Cormier

« Pour me motiver, j’ai besoin d’enchaîner les projets. C’est pour ça que je me suis lancé tout de suite dans un deuxième film sans attendre la sortie du premier. Je continue sur cette lancée dans l’optique d’essayer de faire un film par année. »

Son ambition n’est pas sans rappeler celle de Xavier Dolan, à la sortie de son premier film, J’ai tué ma mère, il y a une douzaine d’années, alors qu’il n’avait que 20 ans. 

« C’est sûr que le parcours de Xavier Dolan est une source de motivation pour un jeune cinéaste comme moi, admet-il. Je me dis que s’il est capable de le faire, je peux moi aussi. On me compare beaucoup à lui parce que j’ai commencé à réaliser des longs métrages très jeune, moi aussi. Mais on ne fait pas du tout le même genre de films. »

Des films autoproduits

Après avoir réalisé son premier film avec seulement 150 000 $, Philippe Cormier franchira un nouveau cap en tournant Le purgatoire des intimes avec un budget un peu plus important, d’environ 650 000 $. Le long métrage sera auto-produit et financé au privé, sans l’aide des organismes traditionnels, comme la SODEC et Téléfilm Canada. 

L’intrigue tournera autour du personnage d’Alain (Normand D’Amour), un homme de 55 ans qui a subi un traumatisme à la suite de la mort de sa mère et qui vit des relations problématiques avec les femmes de son entourage. 

« Mon premier film parlait de psychose, et le second parlera de choc post-traumatique et de solitude, souligne Philippe Cormier. J’essaie de trouver mon propre créneau en faisant des drames psychologiques qui traitent des problèmes de santé mentale. Dans ma génération, la santé mentale n’est plus un sujet qui est tabou, alors je peux me permettre d’aller plus loin en explorant cette thématique. »


Le premier film de Philippe Cormier, Lorsque le cœur dérange, devrait être lancé bientôt sur une plateforme de diffusion en ligne.