/news/green
Navigation

Convertir le CO2 en produits chimiques : l’invention d’un Montréalais primée à l’international

Convertir le CO2 en produits chimiques : l’invention d’un Montréalais primée à l’international
PHOTO COURTOISIE

Coup d'oeil sur cet article

Ulrich Legrand, un entrepreneur montréalais de 30 ans remporte le Prix de l’Entrepreneuriat environnemental Mitacs pour sa technologie qui transforme le CO2, responsable des gaz à effet de serre (GES), en produit chimique commercial. 

• À lire aussi: Il faut traiter ensemble les crises du climat et de la biodiversité, selon les experts de l'ONU

• À lire aussi: Réchauffement climatique: l’aluminium peut fixer le CO2 au fond des océans

À partir du CO2, l’ancien chercheur postdoctoral Mitacs au département de génie chimique de l’Université McGill et cofondateur et directeur technique d’Electro Carbon est capable d’obtenir de l’acide formique de qualité commerciale, un produit chimique de grande valeur utilisé comme conservateur dans les aliments pour animaux, ainsi que dans les industries du cuir et du caoutchouc.

«À l’heure actuelle, les entreprises canadiennes qui utilisent de l’acide formique l’importent de pays qui utilisent des méthodes de production traditionnelles, émettant chaque année environ 2,2 tonnes de carbone nocif dans l’air», a déclaré M. Legrand, par communiqué.

«Si l’on tient compte de cet impact indirect, chaque système que nous construisons a le potentiel de réduire les émissions mondiales de 12 800 tonnes, soit l’équivalent du retrait de 3000 voitures de la circulation chaque année.»

M. Legrand recevra le prix lors d’une cérémonie virtuelle jeudi soir en reconnaissance des efforts qu’il a déployés pour faire progresser la technologie par le biais de son entreprise.

La catégorie Entrepreneuriat environnemental souligne l’importance d’investir dans l’innovation dans le domaine des technologies propres, afin de bâtir un avenir plus vert et plus durable.

«Les gouvernements et les entreprises s’entendent pour dire que la réduction des émissions est la voie à suivre pour protéger l’environnement, mais en même temps ils veulent y trouver un avantage financier. Notre technologie permet d’atteindre ces deux objectifs», a souligné l’entrepreneur.

En collaboration avec le Centre national en électrochimie et en technologies environnementales (CNETE) du Canada et un solide écosystème de partenaires, Ulrich Legrand et Martin Larocque, cofondateur d’Electro Carbon, ont mis au point un prototype fonctionnel de leur électrolyseur de CO2. Celui-ci devrait recevoir prochainement les résultats de la dernière série de tests au laboratoire du CNETE, qui devraient valider la capacité de la technologie à se développer.

M. Legrand et M. Laroque espèrent que leur entreprise deviendra un leader mondial dans ce domaine en pleine expansion, ce qui permettrait à Montréal et au Québec de devenir une plaque tournante où les entreprises vertes et innovantes pourraient se développer et prospérer.