/news/transports
Navigation

Le REM, une vitrine sur le transport du futur

Le REM, une vitrine sur le transport du futur
Photo Alejandra Carranza

Coup d'oeil sur cet article

Silencieux, automatisé et spacieux: on a enfin pu tester un train du Réseau express métropolitain (REM) sur le tronçon Rive-Sud, qui va être mis en service dès l’an prochain.  

• À lire aussi: Voici à quoi ressemblera le réseau de transport en commun au Québec dans 10 ans

• À lire aussi: Le moyen de transport du futur, c’est votre téléphone

• À lire aussi: Réseau structurant à Lachine: pas nécessairement un tramway

Sur le quai d’embarquement de la station Brossard du REM, la première chose que l’on remarque à l’arrivée du train, c’est qu’on pourrait presque le manquer si on fermait les yeux.

Le REM, une vitrine sur le transport du futur
Photo Alejandra Carranza

C’est que le projet a été réfléchi pour que le train fasse le moins de bruit possible, explique le porte-parole du bureau du REM, Jean-Vincent Lacroix. 

«Un des gros avantages, c’est que grâce à l’électrification, le train est presque [complètement] silencieux», explique-t-il. 

Le REM, une vitrine sur le transport du futur
Photo Alejandra Carranza

Aussitôt les portes franchies, les extrémités du train attirent tout de suite l’œil. Le REM est entièrement automatisé, il n’y a pas de chauffeur. 

L’emplacement où se trouve habituellement le poste de pilotage est donc complètement dégagé et permet d’apprécier la vue du train comme si on le chauffait soi-même. On a hâte de voir ça au-dessus du fleuve: pour le moment, le train fait seulement des trajets d’essai à proximité de la station Brossard. 

Tronçon Rive-Sud

Le tronçon Rive-Sud, qui reliera Brossard au centre-ville de Montréal, devrait être mis en service au printemps ou à l’été 2022.

Les vitesses de pointe de ce tronçon seront atteintes sur le pont Samuel-De Champlain, qui sera franchi à 100km/h. Le train passera ensuite par L'Île-des-Sœurs, où Jean-Vincent Lacroix promet «une vue magnifique sur le centre-ville de Montréal», puis par Griffintown, avant de rejoindre la Gare Centrale. 

Le REM, une vitrine sur le transport du futur
Photo Alejandra Carranza

«Il va y avoir des départs toutes les 2 minutes 30 et le trajet jusqu’à la Gare Centrale prend environ 15 minutes, c’est très compétitif. En ce moment, les gens sont stressés parce qu’ils prennent souvent 1h, parfois 1h30 pour faire le même trajet», détaille-t-il. 

C’est quoi, le REM?  

Le REM aura des antennes un peu partout dans le grand Montréal et se comparera plus à un métro qu’à un train de banlieue. Il sera ouvert 20 heures par jour, 7 jours sur 7, avec des départs toutes les 2 minutes 30 pendant l’heure de pointe et toutes les 5 minutes hors des heures de pointe dans les stations les plus fréquentées, comme celles du centre-ville ou de Brossard.  

• À lire aussi: Le REM va «balafrer» un parc d'Hochelaga-Maisonneuve, craint QS

• À lire aussi: Voici à quoi ressembleront les stations du REM qui seront inaugurées bientôt

Dans les stations moins achalandées, les délais entre les départs vont varier entre 5 minutes aux moments les plus achalandés et 15 minutes aux moments plus calmes.  

Ça va faire une grosse différence pour les résidents des banlieues, habitués à courir pour se plier à l’horaire plus restreint des trains de banlieue. 

Un projet moderne  

En plus d’être automatisés, les wagons seront climatisés en été et équipés de seuils de portes et de planchers chauffants pour l’hiver, en plus d’intégrer un réseau wifi.  

Le REM, une vitrine sur le transport du futur
Photo Alejandra Carranza

Avec une vitesse moyenne de 51 km/h et des pointes à 100km/h, il sera possible de se rendre à la Gare Centrale en moins de 35 minutes depuis la majorité des stations.  

Le projet, mené par CDPQ Infra, une filière de la Caisse de dépôt et placement du Québec, vise notamment à rendre le centre-ville accessible aux travailleurs, aux touristes et aux citoyens qui doivent habituellement endurer le trafic, souvent pendant plus d’une heure, pour se rendre au centre-ville à l’heure de pointe.  

Un projet en plusieurs phases  

Le REM sera mis en service en plusieurs phases:       

  • La branche Rive-Sud, qui reliera Brossard au centre-ville en passant par L'Île-des-Soeurs, devrait ouvrir au printemps ou à l’été 2022.        
  • La branche Rive-Nord, qui reliera Deux-Montagnes au centre-ville en passant par Laval, sera mise en service graduellement entre l’automne 2023 et l’automne 2024.        
  • Le segment desservant des quartiers de l’Ouest de l'île devrait être mis en service au printemps 2024.        
  • Le segment qui se rendra jusqu’à l’aéroport est prévu pour la fin 2024.              

Les détails sont moins clairs pour les deux branches de l’Est (qui se rendront à Pointe-aux-Trembles et à Montréal-Nord), mais on avance pour le moment l’année 2029 pour une mise en service. Une branche surélevée est prévue en plein centre-ville de Montréal, ce qui fait craindre à certains que le projet défigure le boulevard René-Lévesque.  

Les quatre premières phases comporteront 26 stations sur 67 km.  

Dans l’Est, on retrouvera 23 stations sur 32 km.  

Au total, le coût du REM devrait dépasser 10 milliards de dollars. 

À VOIR AUSSI...