/sports/hockey/canadien
Navigation

Profiter du moment avec le Canadien

Profiter du moment avec le Canadien
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Au Québec, personne n’est indifférent vis-à-vis du Canadien de Montréal, mais en séries éliminatoires, cette passion pour l’équipe de la province atteint de nouveaux sommets au sein de la population. 

• À lire aussi: Le Canadien se prépare pour son prochain partenaire

• À lire aussi: Un autre Québécois s’entend avec le Rocket

«Le Canadien de Montréal, c’est comme la météo; tout le monde peut en parler. [...] Vous n’avez pas besoin d’avoir joué dans la Ligue nationale longtemps ou de suivre tous les matchs pour donner votre opinion ou dire ce que vous pensez. C’est ce qui fait la beauté de la chose», a déclaré Félix Séguin lors de l’épisode de jeudi du balado «Sur la passerelle», qu’il anime en compagnie de Patrick Lalime sur les ondes de QUB radio.

Le descripteur des matchs à TVA Sports a raconté que la frénésie du hockey a gagné les Québécois lors des deux dernières semaines. Si les habitants de la Belle Province étaient presque devenus indifférents du sort réservé au CH à la moitié de la série face aux Maple Leafs de Toronto, la remontée spectaculaire face à ceux-ci et le balayage des Jets de Winnipeg a fait bomber le torse à plus d’un.

«Ça ne prend pas grand-chose au Québec pour redonner de l’amour à cette équipe-là qui nous unit. Quand les choses vont moins bien, la critique est sévère, mais quand cette équipe-là gagne, c’est incroyable comment les gens peuvent aimer la Sainte-Flanelle», a affirmé Séguin.

Même que sa voisine qui n’écoute jamais le hockey est presque devenue une experte du Bleu-Blanc-Rouge et ses enfants veulent désormais leur propre chandail du CH.

«Ça coûte quelques dollars, mais ça vaut la peine. C’est un investissement à long terme», de rétorquer Lalime en riant.

  • Écoutez la chronique sports et société de Jean-François Baril sur QUB radio:

Blanc ou noir

Lorsqu’il est question du Canadien, il y a rarement de zone grise. Soit ça n’a jamais été aussi bien, soit ça n’a jamais été aussi mal. Selon Séguin et Lalime, la passion des partisans est toujours palpable.

«Vous avez beau les détester par moment, les haïr, les critiquer, les vilipender, les mettre à l’écart, mais quand le Canadien gagne, ça revient automatiquement. Vous les aimez, c’est le meilleur club au monde, le meilleur directeur général, le meilleur gardien, le meilleur entraîneur-chef», a expliqué Félix Séguin.

«Aujourd’hui, ce que Patrick et moi tentons de vous dire, c’est: vivons le moment présent, a-t-il poursuivi. Soyons chauvins. Laissons-nous transporter par le Canadien. Croyons en cette équipe-là. Affichez vos couleurs, portez votre chandail, votre casquette, les petits drapeaux. Puis oubliez les critiques, faites juste profiter du moment.»

L’action reprendra sous peu pour le Tricolore, dès que son adversaire en demi-finales sera connu. Les Golden Knights de Vegas ont l’opportunité, jeudi soir, d’écarter l’Avalanche du Colorado lors du sixième match de leur série.

À voir aussi...