/finance/business
Navigation

Fragilisée, Transat se recentre sur le Québec et l’Ontario

Coup d'oeil sur cet article

Finies les ambitions pancanadiennes pour Transat. Grandement fragilisé par la pandémie, le voyagiste québécois n’offrira plus de vols internationaux à partir de Vancouver, de Calgary ou d’autres villes de l’Ouest canadien.

« Nous allons nous concentrer sur l’Ontario, le Québec et les Maritimes pour les vols internationaux », a déclaré hier la nouvelle PDG de Transat, Annick Guérard, au cours d’une téléconférence avec les analystes financiers.

L’entreprise montréalaise a subi une perte nette de 69,6 millions $ à son deuxième trimestre, qui a pris fin le 30 avril. Ses revenus ont atteint à peine 7,6 millions $, contre 571 millions $ pendant la même période de l’an dernier.

Une croix aussi sur les hôtels

Transat a également confirmé l’abandon de son projet de construire des hôtels au Mexique, lancé en 2018.

Le voyagiste prévoit toujours reprendre ses vols le 30 juillet, mais ne s’attend pas à ce que ses activités retrouvent un niveau semblable à celui d’avant la pandémie avant 2023.

Rappelons qu’à la fin avril, Transat a obtenu une aide de 700 millions $ d’Ottawa. La moitié de la somme doit servir à rembourser les clients dont les vols ont été annulés. Jusqu’ici, l’entreprise a reçu des demandes de remboursement pour 64 % des quelque 505 millions $ qu’elle doit à ses clients.

Transat a par ailleurs indiqué hier que les discussions avec Pierre Karl Péladeau pour la vente de l’entreprise « se poursuivent », tout en précisant qu’« il n’y a aucune certitude qu’une transaction en résultera ». Le mois dernier, l’homme d’affaires, qui contrôle par ailleurs Québecor, avait indiqué qu’il n’était plus intéressé à faire l’acquisition du voyagiste.

Entre-temps, Jean-Marc Eustache, cofondateur de Transat, a quitté ses fonctions de PDG pour céder sa place à Mme Guérard.

L’action de Transat a clôturé hier à 5,75 $, en hausse de 1,1 %, à la Bourse de Toronto.

« Nous ne croyons pas que le cours boursier actuel est viable », a prévenu l’analyste Cameron Doerksen de la Financière Banque Nationale.

À VOIR AUSSI...