/sports/baseball
Navigation

Jeffry Parra: un secret bien gardé

Jeffry Parra: un secret bien gardé
PHOTO COURTOISIE

Coup d'oeil sur cet article

Le gérant Patrick Scalabrini hésite à ébruiter le sujet, par peur que le baseball affilié ne vienne lui subtiliser son joueur, mais Jeffry Parra est sans aucun doute le meilleur élément d’Équipe Québec depuis le début de la saison dans la Ligue Frontier. 

«Il est quasiment trop fort pour la ligue», laisse tomber Scalabrini, à propos du joueur dominicain de 23 ans.

Utilisé comme receveur, mais aussi comme frappeur de choix, Parra domine au niveau des statistiques offensives avec une moyenne au bâton de ,373, ayant frappé cinq doubles, ajouté quatre circuits et produit un total de 16 points en 14 parties.

«Il a nettoyé un peu son élan, ce qui était surtout son problème dans les ligues mineures, a expliqué le gérant. Présentement, il frappe missile après missile. En défensive, il a un bras canon comme receveur et il est capable de surprendre plusieurs coureurs qui tentent de voler ou qui ne sont pas attentifs sur les buts. En plus, c’est un bonhomme sympathique.»

Heureux hasard

Parra provient de l’organisation de Giants de San Francisco, comme en font foi d’ailleurs les protecteurs qu’il utilise au moment de se présenter au bâton. C’est un heureux hasard, en quelque sorte, si Parra s’est joint à Équipe Québec. Le club s’est effectivement retrouvé à la recherche d’un receveur quand Ruben Castro a choisi d’aller représenter sa nation, Porto Rico, aux récentes qualifications olympiques.

C’est à peu près au même moment que Parra a été libéré par les Giants ,après le dernier camp des ligues mineures. Scalabrini s’est alors informé sur ce joueur auprès du dépisteur québécois Ray Callari, qui oeuvre pour l’organisation de San Francisco.

Depuis, Castro est revenu, mais il peut aussi jouer au deuxième coussin, heureusement.

Cienfuegos: «une très belle surprise»

Jouant pour une fiche de ,500 [avant le match de vendredi soir], Équipe Québec (7-7) est de retour à Washington pour y disputer une nouvelle série de trois parties contre les Wild Things. Les deux clubs s’étaient aussi affrontés plus tôt ce mois-ci et le «Fleurdelisé» avait remporté deux des trois rencontres.

Pour le match de ce samedi 12 juin, le Québécois Miguel Cienfuengos devrait normalement être au monticule pour Équipe Québec. Dimanche dernier, Cienfuegos avait blanchi pendant les Wild Things pendant huit manches afin d’aider les siens à l’emporter par le pointage de 1 à 0.

«Miguel est une très belle surprise pour nous jusqu’à maintenant, a affirmé Scalabrini, qui estime que le jeune lanceur a mérité d’obtenir quelques autres départs. On veut lui donner de la corde afin qu’il continue de grandir.»