/news/society
Navigation

Achalandage monstre dans les campings du Québec

Coup d'oeil sur cet article

Encore cette année, le camping a la cote chez les Québécois qui planifient leurs vacances, notamment parce que les options à l’étranger sont assez limitées.

• À lire aussi: La Côte-Nord est-elle la nouvelle Gaspésie?

• À lire aussi: Des commerçants sont impatients de revoir les touristes américains

Le téléphone des propriétaires de camping ne dérougit pas. «C’est tout le temps la folie. Il y a beaucoup de nouveaux campeurs effectivement, on voit beaucoup de jeunes familles», a noté Geneviève Goulet, propriétaire du Camping de la Plage McKenzie.

À ce camping, sur la soixantaine de terrains pour voyageurs, il ne reste pratiquement plus aucune place pour les deux mois d’été. «Il nous reste de la place pour les deux prochaines semaines, ensuite ça va après le retour à l’école à partir du 22 août», a ajouté Mme Goulet.

«Les gens ont réservé tout l’hiver. L’an passé, quand on a ouvert le camping, on était à 400 réservations d’avance, ce qui était déjà un record», a expliqué Marie-Laurence Binette, propriétaire du Camping Pont Couvert. «Cette année, on a ouvert à 1400 réservations.»

Vendredi après-midi, il y avait déjà la file et le camping affiche complet pour une quatrième fin de semaine de suite.

Au Camping Vacances Bromont on affiche aussi complet entre le 1er juillet et le 23 août.

Au Camping Beau-Lieu, les disponibilités pour la haute saison s’envolent rapidement. «Il reste seulement des petites disponibilités en semaine. Les gens se sont pris à partir du mois de janvier cette année pour réserver», a observé Élise Ménard, propriétaire du Camping Beau-Lieu.

Ceux qui pensaient s’évader en camping cet été vont devoir faire preuve de patience et surtout, de flexibilité.

«Ce n’est pas évident, il faut chercher et il faut être patient sur les lignes surtout.», a dit un campeur. «C’est certain qu’il fallait se préparer à l’avance», a renchéri une campeuse.

À VOIR AUSSI