/news/politics
Navigation

Projet Montréal accusé de plagier l’opposition

Marvin Rotrand
Photo d'archives, Agence QMI Marvin Rotrand

Coup d'oeil sur cet article

Le conseiller de ville indépendant Marvin Rotrand ne décolère pas. Il accuse Projet Montréal d’avoir plagié sa motion ayant pour objectif de venir en aide aux journaux «ethniques» de la métropole.

• À lire aussi: De nouveaux refuges pour sans-abri dès le 1er juillet à Montréal

«J’ai suivi les règles. J’ai soumis ma motion 14 jours avant le conseil [municipal]. À ma grande surprise, [jeudi], dans la troisième version de l’ordre du jour, il y avait une déclaration avec un titre similaire au mien, et le texte presque intégralement [recopié]», a dénoncé vendredi M. Rotrand, qui est rattaché à l’arrondissement de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce.

Selon les constatations de l’Agence QMI, de nombreux paragraphes ont été intégralement recopiés, mot pour mot, à partir de la motion originale de M. Rotrand, que l’auteur de ces lignes avait déjà pu consulter le 2 juin dernier.

La déclaration soumise par Projet Montréal est signée par Émilie Thuillier, membre du conseil exécutif de la Ville et mairesse de l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville.

«Ils ont pris le texte sans me consulter, et font comme si c’était leur document. C’est ma motion, et je n’ai pas consenti à ce qu’ils volent mon texte», s’est indigné M. Rotrand.

Avec sa motion, il souhaitait offrir des solutions pour que «l’environnement média demeure dynamique et diversifié» dans la métropole, amenant cinq propositions à cet effet. Trois de celles-ci n’ont toutefois pas été reprises dans le texte soumis par Mme Thuillier.

«Ils y enlèvent toutes les dents», a constaté M. Rotrand.

Celui-ci ne compte toutefois pas retirer sa propre motion, et prévoit également faire appel à la présidente du conseil municipal pour qu’elle intervienne.

«Le message que Projet Montréal envoie, c’est qu’ils sont la majorité et qu’ils peuvent agir sans respecter l’éthique. Pour moi, c’est une question de respect et de démocratie», a souligné le conseiller de ville indépendant, ajoutant qu’il en va de «l’intégrité du conseil».

L’opposition officielle dénonce également

Chef de l’opposition officielle à l’hôtel de ville pour Ensemble Montréal, Lionel Perez avait souligné sur son compte Twitter les nombreux passages repris intégralement par la motion de Projet Montréal.

Celui-ci dit avoir été «choqué» lorsqu’il a reçu l’ordre du jour jeudi soir.

«C’est honteux que l’administration Plante agisse de la sorte. C’est un affront à nos privilèges et nos droits de conseiller. Je n’ai jamais vu ça dans mes 12 ans de politique municipale», s’est-il scandalisé.

M. Perez a voulu rappeler que l’administration de la mairesse sortante aurait pu simplement travailler avec M. Rotrand au cours des 14 derniers jours pour en arriver à une motion finale qui aurait pu être adoptée à l’unanimité.

«Non seulement ils volent l’idée, mais ils recopient le texte», s’est exclamé M. Perez.

Pour lui, ce sera à Suzie Miron, présidente du conseil municipal et membre de Projet Montréal d’intervenir pour régler la situation.

«On n’est pas dans des sentiers battus. Ce n’est jamais arrivé dans le passé. C’est très possible que ça fasse jurisprudence. En tant que gardienne de la démocratie et de la procédure du conseil municipal, elle doit adjuger la chose de façon objective et non partisane», a-t-il espéré.

L’exécutif se défend

Du côté de Projet Montréal, on se défend d’avoir mal agi.

«C’est une procédure courante et régulière que de transformer des motions en déclarations, particulièrement quand il s’agit de motions non partisanes - comme celle déposée par M. Rotrand - qui méritent une approbation unanime du conseil municipal», a justifié Youssef Amane, directeur des relations médias de la mairesse et du comité exécutif de la Ville.

Il ajoute espérer que l’ensemble des élus appuieront la déclaration de Mme Thuillier, puisque l’objectif est de «défendre l’intégralité du travail journalistique, qui est souvent fait dans des conditions difficiles».

À VOIR AUSSI