/news/politics
Navigation

Crise du logement: Québec débloque 39 M$ pour aider les locataires

Un coup de pouce pour 2500 ménages défavorisés

Periode des questions
Photo d'archives Andrée Laforest, ministre des Affaires municipales et de l’Habitation

Coup d'oeil sur cet article

Québec annoncera aujourd’hui l’injection de près de 39 M$ supplémentaires pour aider davantage de locataires à se loger devant la rareté croissante des appartements abordables dans la province. 

• À lire aussi: Logement: un registre citoyen des loyers pour contrer la flambée des prix

• À lire aussi: Crise du logement: Les minorités davantage touchées

• À lire aussi: Crise du logement: pas facile de sortir de la rue

Le gouvernement investit 38,7 M$ supplémentaires par rapport à 2020, pour un total de 60 M$, pour que 2500 ménages puissent compter sur une aide financière pour payer leur loyer. Ils seront donc 700 de plus que l’année précédente. Le programme permet aux locataires de payer un loyer représentant l’équivalent de 25 % de leur revenu.

Il y aura d’ailleurs 1500 ménages qui auront droit à une aide d’urgence à l’approche du 1er juillet, date de la majorité des déménagements au Québec. Aussi, 400 places sont aussi prévues pour des ménages en situation d’itinérance et 100 pour des femmes victimes de violence conjugale.

« Le 1er juillet est souvent préoccupant pour plusieurs Québécoises et Québécois à la recherche d’un logement. C’est pourquoi notre gouvernement travaille à augmenter l’offre de logements disponibles tout en mettant en œuvre un plan d’action pour la période des déménagements », mentionne Andrée Laforest, ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, via communiqué.

Aide locale

Les investissements du gouvernement incluent également une somme de 2 M$ destinée à l’ensemble des municipalités de la province. Ces fonds financeront par exemple l’accès à l’hébergement d’urgence et l’entreposage de meubles. Québec coupe la poire en deux avec les villes pour couvrir les frais de telles mesures, mentionne le ministère.

Auparavant, seuls les endroits où le taux d’inoccupation était inférieur à 2 % pouvaient accéder à ces fonds. Ce critère a été retiré cette année, menant les autorités à mettre plus d’argent sur la table. 

Selon la Société canadienne d’hypothèque et de logements (SCHL), le loyer moyen dans le grand Montréal a grimpé de 4,2 %, atteignant 891 $. C’est la plus forte hausse enregistrée depuis 2003.

À VOIR AUSSI