/weekend
Navigation

Émilie Perreault: lire québécois

Coup d'oeil sur cet article

Porte-parole de la campagne Je lis québécois, l’animatrice Émilie Perreault nous livre sur un plateau ses principaux coups de cœur.

Quel a été le tout premier roman québécois que vous avez adoré ? 

Enfant, je pense avoir lu tous les romans publiés aux Éditions de la courte échelle, avec une préférence pour ceux de Chrystine Brouillet. Le problème, c’est que c’était toujours trop court ! En cinquième ou en sixième année, à l’insu de ma mère, je lui ai emprunté le roman C’est pour mieux t’aimer mon enfant de Chrystine Brouillet. Ce n’était pas une lecture appropriée pour mon âge, mais je me rappelle du plaisir ressenti d’avoir enfin accès à une longue histoire, sur plusieurs pages. 

Est-ce que vous pourriez maintenant dresser le palmarès de vos 5 romans québécois préférés ? 

Shuni et Manikanetish de Naomi Fontaine sont assurément dans le haut du palmarès, avec La tendresse attendra de Matthieu Simard, Les repentirs de Marc Séguin et, plus récemment, Faire les sucres de Fanny Britt. 

Et du côté des livres pratiques québécois, quel est celui dont vous ne pouvez plus passer ? 

Loounie cuisine de Caroline Huard. Dire que je cuisine peu est un euphémisme, mais ce livre est tellement efficace et la fameuse recette de tofu magique, c’est la vie. En plus, l’auteure a une approche très bienveillante pour parler de véganisme sans être dans le militantisme rigide.

Est-ce qu’il y a un livre que vous tenez absolument à nous faire découvrir ? 

Tabloïd de Mathieu K. Blais. C’est mon amoureux qui m’a guidée pour m’initier à la poésie, un genre que je fréquentais peu. Ce recueil parle entre autres de l’aliénation de la routine. Je ne pensais pas rire en lisant de la poésie, mais cet auteur a un sens de la chute extraordinaire et une acuité pour dévoiler l’absurdité du quotidien.

Quel a été le dernier roman à vous avoir tenue éveillée jusqu’au petit matin ? 

La trajectoire des confettis de Marie-Ève Thuot. J’avais entendu tellement de choses au sujet de ce livre. Il faut accepter ce que nous dicte le titre : une fois lancés dans les airs, les confettis suivent une imprévisible trajectoire ! Il faut s’abandonner dans cette lecture, ayez confiance en le talent de cette auteure qui a composé un roman choral avec minutie autour d’une quinzaine de personnages. Le fait que ce soit son premier livre ajoute à l’admiration qu’on éprouve en tournant les pages.

Cet été, qu’avez-vous l’intention de lire en vacances ? 

J’essaie de ne pas accumuler les livres que pour les vacances, parce que c’est un plaisir qu’on doit vivre à l’année. Le prochain livre sur ma liste est Le totem des Baranda de Melchior Mbonimpa défendu avec passion au Combat national des livres par mon amie Tanya Lapointe. J’attends aussi le nouveau Chrystine Brouillet, Sa parole contre la mienne, qui devrait sortir vers la mi-juillet.

Lorsque viendra notre tour de prendre des vacances, quel livre conseillez-vous pour décrocher rapidement du quotidien ?

La lutte de Mathieu Poulin, aux Éditions de Ta Mère. J’ai adoré ce roman avec un personnage principal qui déteste les conflits, mais qui lance un syndicat dans sa ligue de lutte. C’est aussi drôle qu’intelligent. 

Pour finir, que lisez-vous en ce moment ?

Aller aux fraises d’Éric Plamondon.