/news/society
Navigation

Violation de la vie privée au CLSC de Thetford Mines

Coup d'oeil sur cet article

Nancy Drolet mène un combat depuis deux ans contre la violation de sa vie privée: elle a été victime de violence conjugale dans le passé et a eu des doutes quant à la confidentialité des informations contenues dans son dossier. 

• À lire aussi: Isolement forcé malgré ses deux doses de vaccin et trois tests négatifs

• À lire aussi: Vos données vendues par des pharmaciens... pour votre bien

Confirmation faite, sa belle-sœur, alors infirmière au Centre local de services communautaires (CLSC) de Thetford Mines, a consulté illégalement ses dossiers médicaux à plusieurs reprises à l’été 2017.

«J’avais coupé les liens avec cette personne il y a plusieurs années. C’est une intrusion à ma vie privée, je ne suis pas consentante à cet accès à mon dossier», a affirmé Nancy Drolet.

Des démarches sont entreprises depuis novembre 2019. Une plainte à l’ordre des infirmières du Québec ainsi qu’une plainte au centre hospitalier sont en question. Une déception sur toute la ligne, selon elle.

«J’ai demandé à savoir pour quelles raisons cette personne a voulu aller dans mon dossier, ce qu’elle a fait avec les informations et que des mesures soient mises en place pour que ce geste ne recommence plus pour moi ou pour d’autres», a ajouté Mme Drolet.

Avocat stupéfait

Me Bellemare, qui représente Nancy Drolet dans ce dossier, a insisté sur le manque de professionnalisme dans cette affaire.

«C’est se moquer complètement du droit à la vie privée des patients. C’est la première fois que je vois une situation où une employée du domaine de la santé consulte illégalement les informations d’un patient. Ça ne doit plus se reproduire», a-t-il expliqué.

Il a par ailleurs souligné le courage de Nancy Drolet qui veut dénoncer cette situation que plusieurs sont parfois contraints d’abandonner.

Un possible recours en responsabilité pourrait être déposé contre l’infirmière fautive et contre le CLSC de Thetford Mines.