/investigations/truth
Navigation

L’heure juste: oui, les salaires grimpent vite

L’heure juste: oui, les salaires grimpent vite
Photo Stevens LeBlanc

Coup d'oeil sur cet article

Débusquer les fausses nouvelles, vérifier les déclarations des politiciens, trouver les vrais chiffres : notre Bureau d’enquête, basé à Montréal, Québec et Ottawa, se spécialise dans l’art de rétablir les faits. Chaque samedi, nos journalistes et recherchistes vous présentent leurs trouvailles pour vous permettre d’y voir plus clair dans l’actualité de la semaine.


L'ÉNONCÉ 

Le premier ministre du Québec François Legault a affirmé mardi lors de la période de questions que le marché du travail se transforme et qu’une augmentation de salaire est inévitable dans certains secteurs au Québec. « Actuellement, au Québec [...] il manque de plus en plus d’employés qualifiés. Donc, maintenant, ce sont les personnes, les individus, les travailleurs qui ont le gros bout du bâton. Résultat, les salaires augmentent plus vite », a-t-il expliqué.

LES FAITS 

M. Legault a raison. Selon l’Enquête sur l’emploi, la rémunération et les heures de travail de Statistique Canada, le salaire hebdomadaire moyen des travailleurs québécois âgés de 15 ans et plus a augmenté de 3,6 % en 2019 et de 3,1 % en 2018. Or, depuis 2011, la rémunération augmente avec l’inflation, soit entre 1 % et 3 %. 

« Le chômage en 2019 est descendu très bas et les postes vacants ont grimpé très haut, de sorte que les entreprises ont souvent augmenté les salaires plus fortement pour attirer et retenir la main-d’œuvre », selon l’économiste Pierre Fortin.

Les chiffres de 2020 montrent une augmentation deux fois plus importante du salaire hebdomadaire, avec 7,8 %. Toutefois, Statistique Canada précise que les emplois à bas salaire ont été les plus touchés par les pertes d’emploi liées à la pandémie, faisant bondir artificiellement le revenu moyen. Les mesures gouvernementales, comme la subvention salariale et les prêts aux entreprises, ont aussi pu avoir un effet sur la hausse des salaires, ajoute Pierre Fortin. 

 

Le chiffre de la semaine : 147  

C’est le nombre d’employés de la Ville de Montréal étant aux prises avec un handicap en 2020, une baisse de 22 % par rapport à l’année précédente. En 2019, 188 personnes handicapées travaillaient pour la Ville.  

Les emplois concernés comprennent notamment les brigadiers scolaires, les policiers, les pompiers, les cols blancs, les cols bleus, les cadres de direction et les architectes. Notons que les personnes handicapées représentent moins de 1 % du nombre total de salariés pour ces emplois. 

À VOIR AUSSI

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.