/news/society
Navigation

Gatineau: les itinérants déménageront au motel

Gatineau: les itinérants déménageront au motel
Photo AGENCE QMI, JADRINO HUOT

Coup d'oeil sur cet article

Les itinérants de Gatineau, en Outaouais, comme bon nombre de Québécois, déménageront le 1er juillet, passant du refuge temporaire d’urgence aménagé à l’aréna Robert-Guertin au Motel Montcalm où plusieurs dizaines de chambres leur seront réservées en permanence.

Près de 70 sans-abris pourront profiter de l’endroit, en occupation simple ou double. Selon le site web du motel ayant pignon sur rue sur le boulevard Gréber, les chambres sont toutes munies d’un climatiseur, d’un téléviseur, d’un mini-frigo et d’un accès gratuit à Internet. Une piscine creusée extérieure est même ouverte en saison estivale.

«L’aréna n’offrait pas un environnement propice. Ce contexte permettra une stabilisation résidentielle qui mènera à un meilleur cheminent vers une réinsertion sociale», a évoqué Renée Amyot, présidente de la Commission Gatineau, Ville en santé.

«Les actions que nous posons aujourd’hui et celles à venir concordent avec la vision clinique pour cette clientèle qui a grand besoin d’accompagnement, de services et de soins», a mentionné pour sa part Josée Filion, présidente-directrice générale du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l’Outaouais.

Une enveloppe de 3 à 5 millions $ est prévue pour ce projet, dont 800 000 $ pour la location des chambres pour la prochaine année et un montant identique pour fournir divers services sur place aux occupants.

Camping

Le Collectif régional de lutte à l’itinérance en Outaouais (CRIO) accueille avec certaines réserves cette annonce, notamment en ce qui a trait à l’emplacement du nouveau refuge. Le Motel Montcalm se situe à plus de cinq kilomètres, ou à plus d’une heure de marche, du centre de services principal, Le Gîte Ami, qui compte seulement 40 places.

Or, l’aréna Robert-Guertin, devenu refuge temporaire d’urgence en mai 2020, était voisin du Gîte Ami. Malgré tout, plusieurs itinérants avaient choisi de planter leur tente à proximité le long du ruisseau de la Brasserie. Avec ce déménagement, le CRIO anticipe une augmentation du camping urbain.

«Nous savons que ce nouveau refuge ne conviendra pas à tous. Certaines personnes ne voudront pas déménager, parce que ça peut impliquer une perte de leur réseau social et une plus grande difficulté d’accès à certains services», a fait valoir Alexandre Deschênes, organisateur communautaire avec le regroupement.

Les démantèlements du camping improvisé par les employés municipaux et les policiers de la Ville de Gatineau sont d’ailleurs fréquents d’année en année. Depuis le début du printemps, il y a déjà eu deux séances de nettoyage et d’éviction du genre.

La pandémie de COVID-19 et la crise du logement ont fait gonfler le nombre de sans-abris à Gatineau, d’autant plus vu sa proximité avec Ottawa. Selon des statistiques non officielles, entre 500 et 600 personnes sont à risque d’itinérance en Outaouais.