/finance/real-estate
Navigation

Immobilier: les acheteurs forcés de baisser leurs attentes

Coup d'oeil sur cet article

Le marché immobilier est en surchauffe depuis plusieurs mois au Québec, et particulièrement dans la métropole, comme le démontre le cas d’une famille de la Rive-Sud de Montréal pour qui la recherche d’un nouveau logement ne se passe pas comme prévu. 

La recherche est difficile et a tourné au cauchemar pour Chantal Leblanc, une jeune mère de famille de Belœil qui vit avec ses deux enfants et son conjoint.

La famille était propriétaire d’une maison jumelée qu’elle a vendue en juillet dernier avec une prise de possession de 45 jours.

La recherche ne s’est cependant pas passée comme ils le souhaitaient et ils n’ont pas trouvé cette fameuse maison de rêve. La famille a alors été contrainte de louer un condo pour pouvoir rester à proximité de l’école de l’aîné.

Et pendant ce temps-là, ils continuent de chercher une maison, mais ne trouvent toujours pas.

Vivre dans leur condo leur coûte beaucoup plus cher que de vivre dans le jumelé où ils étaient auparavant, surtout avec l’entreposage.

«On est perdants sur toute la ligne. Ça nous coûte environ 2200 $ par mois pour le condo et l’entreposage», a expliqué Mme Leblanc à TVA Nouvelles.

Il est conseillé de ne pas aller en surenchère si on veut acheter, mais plutôt de réduire ses attentes et trouver une maison moins spacieuse ou moins moderne, sans quoi l’achat restera impossible.

Chantal Leblanc a actuellement 100 000 $ dans sa poche juste pour aller en surenchère.

TVA Nouvelles présente cette semaine une série de reportages à propos des déceptions que les acheteurs vivent parce qu’ils sont à la recherche de la maison de leurs rêves et ne la trouvent pas.