/news/society
Navigation

Plan d’action jeunesse: la FECQ déplore l’absence de mesures sur le logement étudiant

Plan d’action jeunesse: la FECQ déplore l’absence de mesures sur le logement étudiant
COURTOISIE/RAYSIDE LABOSSIÈRE ARCHITECTE

Coup d'oeil sur cet article

Si elle accueille favorablement le Plan d’action jeunesse dévoilé par le premier ministre François Legault, la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ) met un certain bémol, en déplorant l’absence de mesures pour le logement étudiant.  

Québec a annoncé dimanche un investissement de 300 millions $ sur trois ans pour le Plan d’action jeunesse, visant à promouvoir l’environnement, la culture, la langue et les nouvelles technologies auprès des 500 000 jeunes de 15 à 29 ans. 

Dans un avis émis sur la stratégie du Québec pour la jeunesse, l’organisation étudiante a plaidé pour la mise en place d’un projet-pilote en vue d’augmenter l’accessibilité au logement étudiant abordable. 

«Les conditions de logement de la population étudiante sont un déterminant majeur de la précarité financière d’une personne étudiante, mais aussi, de sa santé psychologique», a indiqué, par communiqué, Samuel Vaillancourt, président de la FECQ, lundi.

Une enquête de l’organisme Unité de travail pour l’implantation de logement étudiant (UTILE) révèle que près d’une personne sur deux consacre plus de la moitié de son revenu au loyer.

«Investir dans le logement étudiant, c’est investir dans la persévérance scolaire, la diplomation et la qualification des jeunes, un des objectifs du Plan d’action jeunesse 2021-2024», a ajouté M. Vaillancourt.