/sports/football
Navigation

L’heure de la retraite pour Bolduc

L’heure de la retraite pour Bolduc
Photo Agence QMI, Dominick Gravel

Coup d'oeil sur cet article

Après 21 ans dans le football, Jean-Philippe Bolduc a jugé que le moment était venu d’accrocher casque et épaulettes.

Une combinaison de facteurs a amené le demi défensif du Rouge et Noir d’Ottawa à tirer sa révérence. « J’ai obtenu une promotion chez Boscus Canada, a-t-il expliqué. Le marché du bois d’œuvre est excellent et il s’agit d’une très belle opportunité. Après toutes ces années, je ne connaissais rien d’autre que le football, et c’est rassurant d’occuper un emploi où ça va bien. C’est plus facile de partir à la retraite dans ces conditions qu’en se demandant “qu’est-ce que je vais faire ?” »

L’annulation de la saison 2020 de la LCF et la pandémie ont aussi laissé des traces. « Les conditions n’étaient plus les mêmes, a-t-il résumé. Nous avons dû accepter une diminution salariale parce que les équipes dépenseront moins en salaires et nous avons écopé d’une autre diminution parce que le calendrier comptera 14 parties au lieu de 18. Depuis janvier 2020, je n’ai plus un pied à terre à Ottawa et j’habite à Montréal. En additionnant tout ça, je me demandais si ça valait la peine financièrement de continuer. »

« En raison de la fermeture des gyms, je ne suis pas en forme, poursuit Bolduc qui a remporté la Coupe Grey en 2016 en plus d’atteindre le match ultime à une autre occasion. Je suis à 30 % de ma forme d’il y a un an et demi. J’ai la forme d’un gars à la retraite, une forme qui me plaît bien. Quand tu n’es pas commis à 100 %, le football peut être quasiment dangereux. Je pars à mes conditions au lieu de risquer une blessure ou d’être coupé au camp. »

Objectifs atteints

Après quatre saisons avec le Rouge et Noir et 61 parties dans la LCF, Bolduc estime qu’il avait atteint tous ses objectifs. « Je quitte sans regret, a résumé l’ancien porte-couleurs du Rouge et Or de l’Université Laval. Je me sens privilégié d’avoir pu jouer jusqu’à l’âge de 30 ans. La situation serait différente si je n’avais pas gagné la Coupe Grey. Je crois avoir atteint mon plafond et je ne pensais pas possible de connaître une aussi bonne saison que ma dernière. Même si Antoine (Pruneau) avait été blessé, je n’aurais pas été le premier remplaçant comme maraudeur. »

Lundi, au moment où le commissaire Randy Ambrosie annonçait que la saison allait débuter, comme anticipé, le 5 août, Bolduc a communiqué avec le directeur général Marcel Desjardins pour lui faire part de sa décision. « Je voulais être transparent afin que l’équipe sache à quoi s’en tenir. »