/news/politics
Navigation

Québec investit 5 M$ pour lutter contre le trafic d’armes à Montréal

Coup d'oeil sur cet article

L'équipe dédiée à la lutte contre le trafic d'armes à feu de la police de Montréal verra ses effectifs doubler pour faire face à la recrudescence des crimes violents.

«Il y a une inquiétude qui est palpable», a fait savoir mardi la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, tout en annonçant l'ajout de 5 M$ sur deux ans pour lutter contre le fléau.

Rien que lors du premier week-end de déconfinement, une douzaine de crimes violents, dont un meurtre et une jeune femme touchée par une balle perdue, avaient retenu l’attention du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

Selon des statistiques provisoires de 2020, les infractions violentes avec armes à feu ont grimpé de 107% et les tentatives de meurtre de 39% sur l’île.

C’est ce qui avait forcé le SPVM à lancer en décembre dernier l’ELTA, dont le mandat consiste à traquer les têtes dirigeantes des réseaux de trafiquants.

Depuis le lancement officiel de ses activités en février, l’escouade a mis la main sur 14 armes pour un total de 250 dans l’ensemble des services du SPVM.

  • Écoutez l'entrevue de Pierre Nantel avec David Shane, porte-parole et conseiller au cabinet du directeur du SPVM, sur QUB radio: 

Plus d’effectifs

L’enveloppe gouvernementale permettra de doubler la composition d’ELTA qui regroupe en ce moment 23 policiers, enquêteurs et analystes.

«Avec l’annonce d’aujourd’hui, ça va permettre de bonifier l’équipe à 40 ressources d’ici la fin de l’année», a indiqué Sylvain Caron.

Parallèlement, davantage de policiers ont d’ailleurs été déployés dans les quartiers « chauds » de Montréal comme Rivière-des-Prairies et Montréal-Nord, ce qui semble avoir refroidi les ardeurs des criminels.

«On peut parler d’une certaine accalmie, mais il ne faut pas crier victoire tout de suite», soutient le directeur du SPVM.

Le président de la Fraternité des policiers et policières de Montréal, Yves Francœur, accueille positivement l’investissement de Québec. Il espère que les fonds permettront d’«atténuer le problème d’effectifs du SPVM».

Écoutez l'entrevue de Mario Dumont avec Valérie Plante, mairesse de Montréal, sur QUB radio:

Appuyer le communautaire

Valérie Plante mise de son côté sur la prévention pour endiguer la violence dans la métropole.

À cet effet, le gouvernement provincial a prévu un montant de 500 000$ pour soutenir un programme de prévention de la violence commise et subie chez les jeunes finançant des initiatives communautaires.

«On sait que le milieu communautaire est une force tranquille et un agent important qui contribue à améliorer et protéger les milieux», mentionne la mairesse.

À VOIR AUSSI: