/opinion/columnists
Navigation

CPE: on tourne en rond

Coup d'oeil sur cet article

Certains sujets apparaissent régulièrement dans l’actualité, tels les besoins de places supplémentaires en garderie ou les inégalités en éducation.

Les problèmes décriés sont souvent mal définis et les solutions efficaces n’émergent pas.

Les ritournelles

Les plaintes fusent depuis plus de 20 ans sur le manque de places en garderie, sur les difficultés de recrutement et sur la rémunération inadéquate des éducatrices. Plus récemment, on constate que les inscriptions dans les cégeps chutent dramatiquement.

Pour pallier ces carences, les gouvernements ont réduit les exigences du nombre d’éducatrices qualifiées dans un service de garde, ont créé des services de garde en milieu familial en espérant une main-d’œuvre à bon marché et se sont tournés vers le privé. Malgré cela, les problèmes persistent.

Le caractère inégalitaire de l’école est dénoncé depuis plus de 50 ans. La pandémie nous l’a encore plus révélé. Les enfants de milieux moins bien nantis échouent et obtiennent leur diplôme dans une moindre proportion que ceux des milieux aisés.

Malgré les évidences, nos gouvernements continuent de financer les écoles privées, autorisent les projets sélectifs dans les écoles publiques et augmentent les classes spéciales pour les élèves en difficulté en sachant que le taux d’échec sera plus grand.

En plus, on peine à recruter des enseignants qualifiés, et le personnel professionnel ne suffit plus pour satisfaire les besoins de services spécialisés, ajoutant ainsi aux difficultés d’un bon nombre d’enfants.

Pistes d’action

Le clientélisme électoral et la vision à court terme des politiciens freinent et vont jusqu’à empêcher l’émergence de solutions efficaces et pérennes.

Mettre les services de garde et l’éducation dans un continuum sous l’égide d’un même ministère et instaurer une véritable inclusion de tous les enfants permettraient d’en finir avec les ritournelles, pourvu que les ressources humaines soient au rendez-vous.

Quel premier ministre aura le courage d’affronter la tempête qu’une telle quête d’égalité soulèverait ?