/entertainment/movies
Navigation

Un Québécois en lice à Annecy

Mauvaises herbes en compétition pour un prix Cristal

Mauvaises herbes
Photo courtoisie, ONF Une scène du court métrage d’animation Mauvaises herbes de Claude Cloutier.

Coup d'oeil sur cet article

Pour une septième fois en carrière, le réalisateur québécois Claude Cloutier a été invité à présenter un de ses films au prestigieux Festival d’Annecy, considéré comme l’équivalent de Cannes pour le cinéma d’animation. 

Mauvaises herbes, la nouvelle réalisation de M. Cloutier, fait partie des deux courts métrages québécois en lice pour un prix Cristal au 45e Festival d’Annecy, qui bat son plein depuis lundi, en France. Les restrictions de voyage liées à la pandémie ont toutefois empêché le cinéaste et illustrateur montréalais de se rendre sur place pour présenter son nouveau film en personne.

« C’est dommage parce que c’est l’endroit où je voudrais le plus aller en ce moment, a admis Claude Cloutier en entrevue au Journal

« Annecy est un festival que j’adore et que j’aime fréquenter. On dit souvent que c’est l’équivalent de Cannes pour le cinéma d’animation et je trouve que ça décrit assez bien son importance. Cannes est un événement d’envergure. Mais les spécialistes du cinéma d’animation, c’est à Annecy qu’ils veulent aller. »

Trois années de travail

Claude Cloutier (Isabelle au bois dormant, Autos portraits) a mis plus de trois ans à réaliser Mauvaises herbes, une production de l’ONF. Le court métrage d’animation de 6 minutes met en scène le duel entre deux plantes carnivores qui se métamorphosent en poussant l’une à côté de l’autre. Le réalisateur a construit son film à partir de vrais dessins faits sur du papier. 

« Je me fais un point d’honneur à faire un type de dessin qui ressemble à de la gravure, explique-t-il. C’est une technique qui est plus longue que d’autres, mais qui me plaît beaucoup. Dans le cas de Mauvaises herbes, j’ai eu l’idée du film en dessinant une souris avec une tige de plante à la place de la queue. J’ai trouvé l’image intéressante et à partir de là, j’ai développé cette histoire de deux personnages qui sont obligés de vivre côte à côte parce qu’ils sont pris au sol. Je trouvais que c’était une belle métaphore sur l’humanité, la cohabitation, les guerres et l’antagonisme des humains. »

Lancé en première mondiale aux Sommets du cinéma d’animation de Montréal le mois dernier, Mauvaises herbes a récemment été projeté au festival de courts métrages Regard de Saguenay. Le film a aussi été sélectionné au Festival de courts métrages de Palm Springs, qui aura lieu à la fin juin en Californie. 

« Une sélection à Annecy ouvre généralement la porte pour d’autres festivals, indique Claude Cloutier. Celui de Palm Springs a déjà été confirmé, mais il y en a d’autres qui s’en viennent. Je pense que le film va se promener pas mal. »


Le court métrage d’animation They Dance With Their Heads / Ils dansent avec leurs têtes, du Québécois Thomas Corriveau, est aussi présenté en compétition à Annecy.