/opinion/columnists
Navigation

La science ou nos valeurs européennes?

Coup d'oeil sur cet article

Pendant une semaine, le sujet numéro un au Québec entourant la pandémie était combien de partisans pourront être au Centre Bell pour le reste des séries éliminatoires.

Finalement, la Santé publique a tranché. Mille personnes supplémentaires pourront assister à la partie entre le Canadien et Vegas vendredi soir. On pourrait penser que le déconfinement de notre sport national était basé sur la science, mais non ! 

Lundi, Christian Dubé a expliqué que nous étions influencés par nos valeurs européennes : « Ce qui est aux États-Unis, comme “benchmark”, en ce moment, puis à Vegas, ce ne sont pas nos valeurs à nous, on s’entend. Nous, on est plus de conception européenne. »

La science au rancart

Cette absence de référence à la science n’est pas une nouveauté, même si le gouvernement nous répète toujours que la science est au cœur de toutes ses décisions. 

Ainsi, pourquoi le ministre parle-t-il maintenant des valeurs aux États-Unis versus celles en Europe ? Qui a décidé que les Québécois avaient des valeurs européennes vis-à-vis le déconfinement ?

Fait inusité, la déclaration de M. Dubé est survenue juste avant que la Santé publique annonce que les bars pouvaient prolonger leurs heures d’ouverture. On sait tous que cet allègement a été mis en place à cause de l’Euro.

Le hockey, notre bon vieux sport national européen. Eh oui, je fais un peu d’ironie ici.

Une occasion manquée

En refusant d’augmenter considérablement le nombre de spectateurs pour les matchs de la Sainte-Flanelle, le gouvernement Legault a raté une belle occasion de démontrer aux Québécois que la vaccination donne quelque chose. 

Surtout quand on sait que le gouvernement veut convaincre les jeunes adultes de se faire vacciner.

Mais bon, ne pas permettre un retour à la normalité pour les Québécois adéquatement vaccinés, ça doit être ça la conception européenne du ministre de la Santé.