/sports/hockey/canadien
Navigation

Les cinq cartes du match

Coup d'oeil sur cet article

À Vegas, la ville du vice, il y a des cartes chanceuses, mais aussi de mauvaises cartes. Le Journal vous propose un résumé de ce deuxième match en mettant en relief cinq joueurs qui ont joué des rôles déterminants.  

• À lire aussi: Refroidir Vegas

• À lire aussi: «Une grosse victoire»

• À lire aussi: «Les ecchymoses valent la peine» –Carey Price

• À lire aussi: Les Knights ont «joué avec le feu»

La combinaison gagnante de ce premier match est le 31, le 17, le 22, le 67 et, le complémentaire, le 94

31 | CAREY PRICE  

Photo AFP

Le gardien du Canadien a obtenu un très bon coup de main de ses coéquipiers. Ceux-ci ont bloqué 24 lancers en plus de fermer le centre de leur territoire. Cette congestion a limité le nombre de passes transversales des Golden Knights. Tout de même, Price a encore sorti quelques miracles. Son arrêt sur Alec Martinez, à la suite d’un déplacement latéral désespéré, est possiblement l’un des plus beaux des séries éliminatoires. Persuadé d’avoir marqué, Martinez a levé les bras au ciel.

17 | JOSH ANDERSON    

Ils sont plusieurs à reprocher le manque de productivité du gros attaquant depuis le début des séries éliminatoires. Toutefois, impossible de ne pas reconnaitre son agressivité et son intensité. Pour un deuxième match de suite, il a créé des occasions de marquer en fonçant vers le filet de Marc-André Fleury à la vitesse d’un train. Deux fois au cours de la première période, il a annulé un dégagement en battant de vitesse le défenseur des Golden Knights. Quand on sait que Vegas a déjà inscrit quatre buts sur des mises en jeu gagnées, c’est un élément qu’on ne peut passer sous silence. Enfin, il n’a pas récolté de point sur le but de Paul Byron, mais son jeu en zone neutre aux dépens de Nick Holden a permis à l’Ontarien de s’échapper.

22 | COLE CAUFIELD    

En se faisant complice du but de Tyler Toffoli, Cole Caufield a récolté au moins un point dans un quatrième match consécutif. Il est devenu le deuxième joueur de 20 ans en deux années à connaître une telle séquence. Quinn Hughes, des Canucks, avait réalisé une série de six matchs, l’an dernier. Chez le Canadien, l’Américain est devenu le premier depuis Shayne Corson, en 1987. À l’instar de Hughes, sa séquence s’était stoppée à six matchs.

67 | MAX PACIORETTY    

Au moment d’amorcer cette série contre le Canadien, Max Pacioretty avait récolté au moins un point dans chacun des sept matchs qu’il avait disputés depuis le début du tournoi printanier. Son ancienne équipe l’a réduit au silence pour une deuxième rencontre de suite. Toutefois, l’ancien capitaine est passé à un cheveu de réduire l’écart à 2 à 1 en début de deuxième période. La vitesse avec laquelle il a décoché son tir des poignets n’a laissé aucune chance à Price. Par chance pour le gardien du Canadien, la rondelle a touché le poteau sur sa gauche.

94 | COREY PERRY    

Photo AFP

Le vétéran a été insistant auprès du porteur de la rondelle et dans le demi-cercle de Marc-André Fleury tout au long du match. Il a tenté de jouer dans la tête du gardien des Golden Knights en poussant le disque dans son filet alors que le jeu était arrêté. Il n’a pas eu froid aux yeux en tenant tête au colosse Ryan Reaves avec qui il a échangé de solides coups de bâton demeurés impunis. Plus important encore, il a décoché trois tirs rapprochés en un peu plus de 12 minutes de jeu. Une excellente moyenne.