/news/currentevents
Navigation

Adolescente happée sous les yeux de sa famille

Des citoyens se sont plaints à la Ville pour qu’elle corrige le secteur dangereux

Adolescente happée sous les yeux de sa famille
Photo Agence QMI, Maxime Deland

Coup d'oeil sur cet article

Une adolescente de 15 ans se bat pour sa vie après avoir été violemment heurtée par un véhicule sous le regard de sa famille, dans un secteur problématique de Pierrefonds-Roxboro, à Montréal. 

Jeudi matin, la jeune fille venait de quitter son domicile pour se rendre à l’école quand elle a été heurtée devant chez elle par un véhicule utilitaire sport (VUS) dont le conducteur venait de perdre le contrôle. Selon nos informations, les parents et le grand-père de l’adolescente auraient été témoins de la scène. 

« J’ai entendu l’accident. Je me suis précipité devant pour porter assistance, et elle n’avait plus de pouls. Ils l’ont ranimée et transportée à l’hôpital », relate le voisin de l’adolescente, Robert Saint-Pierre.

Adolescente happée sous les yeux de sa famille
Photo Agence QMI, Maxime Deland

Le drame s’est produit vers 8 h 30, à l’angle du boulevard Lalande et de la rue Saraguay, à Pierrefonds. 

« Tous les matins, sa mère la regardait partir pour l’école parce qu’elle était inquiète, dit-il d’une voix grave. Ils appellent ça un boulevard, mais ce n’est qu’une petite rue. Il y a beaucoup d’enfants qui passent par ici, et ça roule beaucoup trop vite. »

Adolescente happée sous les yeux de sa famille
Photo Agence QMI, Maxime Deland

Le chauffeur de 59 ans aurait successivement fauché un poteau d’Hydro-Québec, heurté de plein fouet l’adolescente qui marchait en bordure de la rue et terminé sa course en percutant une voiture qui arrivait en sens inverse. 

Raison inconnue

La jeune victime de 15 ans a subi de très graves blessures et se trouvait toujours dans un état critique jeudi soir. Les deux conducteurs ont subi de très légères blessures.

« La raison pour laquelle il a perdu la maîtrise de son véhicule est encore inconnue », indique Jean-Pierre Brabant, porte-parole de la police de Montréal. Il précise qu’aucune hypothèse, notamment la vitesse ou la distraction, n’est écartée pour le moment.

« Il y a tout le temps des voitures qui vont trop vite », s’exclame Manon Hanna, 47 ans, qui emprunte le chemin tous les jours pour courir. 

La passante ne compte plus les fois où elle en a parlé à la Ville dans l’espoir d’y voir des mesures pour calmer les ardeurs des conducteurs. 

« On m’a dit que la rue était trop étroite pour un dos-d’âne, soupire-t-elle. J’ai peur chaque fois que mon fils veut se rendre chez un ami à vélo. »

Limites de vitesse

Aucun trottoir ne borde la rue et plusieurs font des arrêts « à l’américaine », a constaté Le Journal. « Quand j’étais petit, je marchais sur les petits rebords de route, pour aller à l’école. C’était difficile de traverser le matin. Je pense à mon fils, il va prendre ce chemin-là aussi pour aller à l’école », se désole Antoine Legault, avec le petit Xavier, 2 ans, dans les bras.  

« Ça ne roule pas à 40 km/h comme ça devrait », laisse tomber Thomas Schwalb, qui habite dans le secteur depuis 42 ans. 

C’est d’ailleurs la deuxième fois en quelques semaines qu’un poteau d’Hydro-Québec est happé par un automobiliste dans le même coin, rapporte-t-il.

Joint par Le Journal, l’Arrondissement n’a pas répondu à notre demande. 

– Avec Maxime Deland, Agence QMI