/sports/hockey/canadien
Navigation

Ils sont derrière Vegas

Plusieurs fans se sont réunis hier pour encourager les Golden Knights

rassemblement Vegas
Photo Antoine Lacroix Au rassemblement des partisans des Golden Knights dans un bar de Las Vegas, Jean-François Blais qui est expatrié au Nevada pose fièrement dans son gilet noir et doré, entouré de cheerleaders et du Golden Knight.

Coup d'oeil sur cet article

LAS VEGAS | Même si leur équipe a traversé la frontière pour aller dans une température plus clémente, plus d’une centaine de partisans des Golden Knights se sont réunis dans un bar pour les encourager en vue du troisième affrontement contre le Canadien. 

• À lire aussi: Victoire à l’arraché

• À lire aussi: Tous derrière Marc-André Fleury

• À lire aussi: «Mon équipe est spéciale» –Phillip Danault

« On a vu l’équipe naître ici, c’est impossible de ne pas être derrière eux. L’équipe a tellement fait pour la communauté, on se doit de les encourager le plus possible », soutient Drew Denzeisen, un natif du Nevada. 

Le Journal est allé au Money, Baby !, où l’équipe de Vegas a organisé un rassemblement officiel, où ceux qu’on peut qualifier de « purs et durs » ont fait acte de présence. Néanmoins, l’endroit n’était pas rempli à ras bord, comme on aurait pu s’attendre à Montréal. 

Si on se met à jouer aux comparaisons, le rassemblement n’a rien à voir avec ce qu’on peut observer dans nos bars montréalais, un soir de match, outre la présence de cheerleaders et de la mascotte d’équipe. L’ambiance est plus décontractée, alors que la plupart des gens jettent des regards furtifs vers les nombreux écrans géants. 

On va mettre ça sur le compte de la chaleur accablante de 45 degrés Celsius, mais environ la moitié a des chandails à l’effigie de l’équipe locale. 

rassemblement Vegas
Photo Antoine Lacroix

Il a fallu attendre le premier but de Vegas, marqué par le Québécois Nicolas Roy, pour voir la foule enfin s’animer et démontrer davantage d’intérêt à l’action. La réplique de Cole Caufield quelques instants plus tard n’a même pas ralenti leurs ardeurs. 

Transcende le hockey

L’attachement pour les Golden Knights transcende toutefois le hockey. Si on prend la peine de parler avec des fans, tous évoquent spontanément la même raison d’être derrière le club, qui n’a rien à voir avec le sport : la fusillade du 1er octobre 2017 au Mandalay Bay.

Le triste souvenir de la tuerie, qui a fait 59 morts et plus de 500 blessés, est encore frais à la mémoire des gens de Las Vegas. Mais rapidement, les joueurs des Golden Knights ont fait sentir leur présence, prenant part aux commémorations entourant la tragédie.

« Ce qu’ils ont fait pour nous, on ne l’oubliera jamais. C’est venu souder la communauté comme pas possible. Je te le dis, les Knights, c’est pas juste des joueurs pour nous, c’est notre famille », affirme Christopher, un chauffeur Uber.

« Dans les temps qui ont suivi, leur match a beaucoup aidé les gens, qui étaient sous le choc. On pansait nos blessures, autant psychologiques que les vraies, c’est venu apporter un soulagement à la ville », explique Jean-François Blais, un Québécois expatrié ici depuis 2003. 

« Une synergie s’est formée »

Selon lui, l’histoire de l’équipe explique aussi l’engouement envers l’équipe de Las Vegas. 

« C’est l’histoire des “misfits”, les rejetés de leurs clubs respectifs. Tout le monde les mettaient derniers dès le départ et ils sont rapidement devenus compétitifs. Les gens ont adoré. Une synergie s’est formée », rappelle M. Blais, un fan de la première heure des Golden Knights. 

Il a vu le hockey dans le désert connaître une forte hausse dans les dernières années, autant au niveau junior que pour la création de ligues de garage. Un phénomène sur lequel il n’aurait jamais parié à son arrivée. 

« C’est pas le sport le plus connu ici, mais souvent le monde ont seulement à aller voir une seule game et c’est tout ce que ça leur prend pour devenir un mordu, notamment à cause du spectacle au T-Mobile Arena. Les gens ont appris à aimer le hockey », explique Jean-François Blais.