/finance/business
Navigation

Pénurie de main-d'oeuvre: aucune candidature reçue pour certaines offres d'emploi

Des offres d’emploi restent sans réponse malgré les immenses efforts des patrons

Yannick Ruel
Photo courtoisie Yannick Ruel, qui est directeur d’usine chez Termic, dans le Centre-du-Québec, n’a jamais rien vu de tel en 26 ans : il n’a reçu aucun CV pour une offre d’emploi publiée il y a un mois. Il doit refuser près de la moitié des contrats et louer les services de frigoristes.

Coup d'oeil sur cet article

Pas de CV, pas d’étudiants, pas de travailleurs étrangers... nos patrons d’entreprise ne savent plus où donner de la tête pour pourvoir les 180 000 postes toujours vacants au Québec.

• À lire aussi: Tir groupé de l’opposition sur le ministre Boulet

• À lire aussi: Les travailleurs ont maintenant le gros bout du bâton, soutient François Legault

« On ne sait plus quoi faire pour recruter », résume Yannick Ruel, directeur d’usine chez Termic, un fabricant québécois de conduits de ventilation d’une trentaine d’employés de Plessisville fondé en 1995.

Opérateurs de conduits spiralés, journaliers... La PME de la MRC de l’Érable a beau offrir entre 15 $ et 20 $ l’heure, rien n’y fait. Un mois après avoir publié une offre d’emploi, personne n’a même encore envoyé son CV.

Très nombreux avantages

« On offre un mois de vacances, quatre jours de maladie payés, le travail à l’air climatisé ou à la chaleur l’hiver et un REER collectif, mais on ne sait plus quoi faire pour attirer le monde », énumère Yannick Ruel.

« On a trois travailleurs étrangers temporaires à 15 $-20 $ l’heure. On a le max. Si on pouvait en avoir six ou sept, ça serait intéressant », dit-il.

Pointe de l’iceberg

Quelque 181 030 postes étaient vacants à la grandeur du Québec à la fin du premier trimestre et 5,1 % de tous les emplois disponibles étaient vacants, selon Statistique Canada, un record au pays.

« Il y a urgence pour que le gouvernement agisse pour aider les PME freinées par la pénurie de main-d’œuvre », insiste François Vincent, de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI).

« C’est du jamais-vu ! En plus, conjugué aux défis d’approvisionnement, c’est complètement fou », va jusqu’à dire Nathalie Rochefort, directrice générale de la Chambre de commerce et d’industrie du Cœur-du-Québec.

Pour David Lampron, associé de L’Équipe Humania, en RH, les travailleurs ont le gros bout du bâton.

« On va peut-être recommencer à retrouver un équilibre dans deux ou trois ans, mais pas avant », prévient-il.

Écrasée par la PCU

À Gatineau, c’est la Prestation canadienne d’urgence (PCU) qui vient de mettre fin au rêve de Christine Désormeaux, qui n’a pas eu le choix de vendre son dépanneur, faute d’employés. 

« Mon mari est tombé malade. J’ai dû embaucher des employés, mais quand la PCU est arrivée, mes cinq étudiants ont lâché », confie l’ex-propriétaire du Dépanneur 315.

« De mars 2020 à janvier 2021, je n’ai pas eu une journée de congé. J’ai travaillé sept jours par semaine. J’ai vendu le chalet, j’ai vendu mon dépanneur », partage-t-elle.

Au bout du fil, elle raconte que des cousines, qui ont aussi des dépanneurs, feront bientôt comme elle.

« Dans les régions, c’est difficile. Il y a toutes sortes d’enjeux qui vont au-delà du simple emploi, l’intégration dans la région, les services, les familles, etc. », conclut Sébastien Arcand, professeur et directeur du département de management de HEC Montréal.

– Avec la collaboration de Michel Girard 


Près de 60 % des entrepreneurs sont d’avis que Québec doit en faire plus pour attirer les immigrants en région afin d’atténuer la pénurie, selon un sondage de la FCEI. 

Des exemples de la folie du recrutement  

Des entreprises québécoises prennent le taureau par les cornes et posent des gestes d’éclat pour se démarquer et sortir la tête hors de l’eau en pleine pénurie de main-d’œuvre.

1. Des entrevues au volant

Cascades fait des entrevues au volant pour aller chercher ses travailleurs. Son équipe des ressources humaines a carrément débarqué dans le stationnement du Canadian Tire de Victoriaville. « On voulait être créatifs et aller à la rencontre des gens », a partagé Jessica Gervais, coordonnatrice aux événements de Cascades.

2. Des offres d’emplois originales

« Si t’as jamais tenu une “drill” dans tes mains et que le son d’une scie à onglet te donne la trouille, viens pas donner ton nom pour travailler chez nous », peut-on lire dans l’offre d’emploi de Portes et fenêtres Vallée. « On a une vibe de plaisir et de bonnes relations entre les humains », lance Pascal Villemure, son président, en couple avec Sarah Vallée, qui a conçu l’offre.

3. Des vacances rachetées en argent

À Trois-Rivières, Barrette Structural offre à ses employés de racheter leurs périodes de vacances pour maintenir la production en été. L’offre de la PME de fermes de toit et de structures de maison en bois est volontaire. « Quand on est rendu là, ce n’est vraiment pas drôle », a déploré Véronique Proulx, PDG de Manufacturiers et Exportateurs du Québec (MEQ).

4. Des primes d’embauche de 250 $

L’entreprise Somavrac de Trois-Rivières offre une prime d’embauche de 250 $ à sa journée de recrutement, en plus d’un chèque-cadeau de 25 $. « On est obligés d’offrir une rémunération, d’offrir de l’argent pour que les gens aient au moins l’intérêt », dit Marc Paquin, président de Somavrac, à TVA Nouvelles.

5. Des gens d’affaires en séduction

À Baie-Saint-Paul, la communauté d’affaires met de l’avant des gratuités et rabais sur les permis de pêche, billets pour Le Festif, descente en kayak de rivière, tours guidés, balade en train... « Les intéressés pourront découvrir de nombreuses possibilités d’emploi en restauration et en agrotourisme, secteurs d’activités vedettes », soulignent-ils.  

– Avec Anick Berger, Louis Cloutier et TVA Nouvelles

À VOIR AUSSI