/news/society
Navigation

Des amateurs du Canadien inspirés

Le fanatisme des partisans du CH prend des formes inusitées

Coup d'oeil sur cet article

Une mouche tricolore  

Photos courtoisie

Un monteur de mouches de renommée internationale a créé de toutes pièces un leurre en l’honneur du Canadien, le «salmon fly tricolore».  

«J’ai pensé à tout, j’ai même mis des brillants de la couleur de la coupe Stanley», raconte fièrement Jean-Yves Blais, de Chandler.  

Le Gaspésien, qui détient un record Guinness en création de mouches pour la pêche, a ainsi voulu rendre hommage au club dont il se dit «fanatique».  

L’assemblage bleu-blanc-rouge de plumes marabouts et de laine serait même l’un des plus beaux à être jamais sorti de son atelier.  

«C’est une création unique et elle fait fureur», constate M. Blais, qui a reçu des dizaines de messages de pêcheurs partisans des Canadiens intéressés par sa mouche. 

L’expert est convaincu qu’elle plaira au moins autant au saumon de l’Atlantique.  

Ça goûte la coupe   

Photo tirée de Facebook

Les amateurs du CH qui veulent un avant-goût de la coupe Stanley peuvent en déguster une version laitière dans un casse-croûte du Bas-Saint-Laurent.  

«La victoire d’hier [vendredi] nous a inspirés... alors voici la coupe!», peut-on lire sur la page Facebook du Snack-bar D’Amours, à Rivière-du-Loup.  

Le dessert glacé en question est composé de trois étages: une slush bleue, une bonne portion de crème glacée molle et une slush rouge sur le dessus.  

Le tout est couronné d’un biscuit Oréo qui trône telle une rondelle sur le chef-d’oeuvre.  

La coupe sera disponible jusqu’à la fin des séries.  

La tête d’un vrai partisan  

Photos courtoisie

Denis Gagné, de Québec, s’est fait raser le logo du club d’un côté de la tête, et le numéro 22 du joueur Cole Caufield de l’autre.  

Supporteur des Canadiens (et non des Nordiques) depuis toujours, il a l’habitude de se faire faire un tel «tatouage capillaire» à l’approche des séries.  

«[Le hockey], c’est ma religion», dit en riant le travailleur de la construction, qui ne va jamais se coucher avant la fin d’un match malgré son horaire matinal. 

Heureusement, le logo du Canadien n’a pas trop été compliqué à reproduire, reconnaît Hélène-Eugénie Roy, la barbière du salon Lakosh Style et responsable du résultat final.  

«Le plus difficile, c’est d’avoir le bon angle pour la courbe du C», dit la jeune femme, qui crée ces dessins à main levée.  

Du reste, la coupe de cheveux est conçue pour durer environ 2 semaines. 

«S’ils se rendent en finale, je serai dû pour une autre coupe!», s’exclame Denis Gagné.  

En terrain Canadien  

Photo courtoisie

Les citoyens de Repentigny peuvent dès maintenant admirer un logo éphémère du Canadien tondu à même la pelouse de l’un des leurs.  

Stéphane Rousseau a en effet coupé son gazon sur une surface d’environ 15 pieds sur 20 pieds (4,5 m sur 6 m) pour qu’on y distingue le fameux CH en grand format.  

«J’avais prévu faire un coeur pour ma fille de 9 ans, mais cette fois, ce sera le logo du Canadien!», rigole l’employé des Lions de Trois-Rivières, qui est en voie de devenir un club-école du Tricolore.  

L’homme qui prend grand soin de son terrain a déjà essayé de reproduire le logo des Expos par le passé, mais reconnaît avoir eu plus de succès avec celui du Canadien.