/sports/hockey
Navigation

«J’ai commis une gaffe»

Marc-André Fleury espère être de retour devant le filet pour le quatrième match dimanche soir

Coup d'oeil sur cet article

On s’essuie et on recommence. C’est dans cet état d’esprit que se sont levés les joueurs des Golden Knights, Marc-André Fleury en tête, au lendemain de leur revers crève-cœur, subi après avoir contrôlé la majeure partie de la rencontre.

• À lire aussi: Une pensée pour Daron

• À lire aussi: Le Canadien sort un lapin de son chapeau

• À lire aussi: Les Golden Knights derrière Marc-André Fleury

En visioconférence, le gardien québécois a accepté de revenir sur la sortie hasardeuse qui a permis à Josh Anderson de niveler le pointage avec moins de deux minutes à écouler à la troisième période.

« Je suis sorti de mon filet pour aider mes défenseurs comme je le fais tous les soirs. Je ne sais pas trop si la rondelle a ricoché sur mon bâton ou sur un de mes patins, mais je l’ai échappée. Et quand je me suis retourné, elle était déjà dans le filet », a-t-il raconté.

La réaction du gardien de 36 ans en disait long sur son sentiment de culpabilité. Pendant que les joueurs du Canadien célébraient, on l’a vu frapper le but à quelques reprises avec son bâton.

« Sur le coup, c’était fâchant. On a été en possession de la rondelle tout au long du match. Ça allait bien pour nous et il ne restait pas beaucoup de temps au tableau, a expliqué Fleury. Mais ce n’est pas quelque chose que je peux arranger. J’ai fait une gaffe et je dois la mettre rapidement derrière moi. »

Une équipe résiliente

N’eût été cette erreur, les Golden Knights mèneraient possiblement cette série 2 à 1. 

En lieu et place, Fleury et ses coéquipiers doivent absolument l’emporter dimanche soir pour éviter de rentrer à Vegas avec le dos au mur.

« Savoir faire face à l’adversité est un produit. C’est la composition d’un tout. Ça vient de notre groupe de leaders, de notre structure et de notre foi en notre jeu », a lancé Peter DeBoer.

De l’adversité, les Golden Knights en ont affronté au cours des dernières semaines. Au premier tour, ils ont vaincu le Wild du Minnesota en sept matchs après avoir pris les devants 3 à 1. Au suivant, ils ont tiré de l’arrière 2 à 0 dans la série face à l’Avalanche avant de finalement se mettre en marche.

« Il y a des joueurs d’expérience dans ce vestiaire. Alex Pietrangelo, par exemple, il a gagné la coupe Stanley après avoir vécu un paquet de situations semblables aux nôtres. Alec Martinez n’a pas emprunté le chemin le plus facile pour gagner la coupe (en 2014, les Kings avaient remporté chacune de leurs trois premières rondes en sept matchs, tirant même de l’arrière 0-3 lors du tour initial) », a rappelé l’entraîneur-chef des Knights.

Fleury ou Lehner ?

Maintenant, la question : le Sorelois sera-t-il de retour devant le filet lors du quatrième match ? La question mérite d’être posée. Non pas que Fleury n’est pas en mesure de faire le travail, loin de là, mais DeBoer a parfois la mèche courte avec ses gardiens.

« J’ai parlé à Marc-André ce matin et il est dans un bon état d’esprit. Nous ne serions pas ici sans lui. Nous devons rapidement oublier ce qui s’est passé et penser au prochain match », a déclaré l’entraîneur-chef des Golden Knights.

Fleury a été crédité des neuf victoires remportées par les Knights ce printemps. À sa seule présence devant le filet, lors du premier match de la série contre l’Avalanche du Colorado, Robin Lehner a cédé sept fois sur 37 lancers.

« Notre équipe a tellement bien joué. Ça a été difficile de perdre celle-là, a répété Fleury. J’aimerais retourner dans le filet et gagner le prochain match. On s’attend à une longue série. J’aimerais être là et faire partie de la victoire. »

Attaquants en panne

Que ce soit avec Fleury ou Lehner devant le filet, les attaquants des Golden Knights devront se mettre en marche sans quoi ils auront beaucoup de temps pour dépenser leur paie au casino.

Depuis le début de la série, six des huit buts de l’équipe du Nevada ont été inscrits par des défenseurs, dont trois par Alex Pietrangelo. Aucun des membres du top 6 n’a touché la cible.

« On obtient de bonnes occasions, mais Carey fait de bons arrêts. Le Canadien bloque beaucoup le centre de son territoire, donc plusieurs de nos lancers sont décochés de l’extérieur », a analysé Fleury.

« Trouver une façon de lancer à partir du milieu, ça nous aiderait. On a une bonne équipe, des gars qui peuvent marquer. On doit continuer de lancer et d’aller au filet. Ça va finir par rentrer », a-t-il ajouté.

Ça, c’est si Price le veut bien.

À VOIR AUSSI: