/news/society
Navigation

Défi 1 000 000 de KM Ensemble: une reprise du sport attendue

Coup d'oeil sur cet article

C’est plus de 190 000 personnes qui ont participé au défi 1 000 000 de KM Ensemble du Grand défi Pierre Lavoie, qui avait lieu de vendredi à dimanche. Force est de constater que les Québécois avaient hâte de pouvoir sortir de leur domicile pour bouger.

• À lire aussi: 1 000 000 KM Ensemble: un défi bien amorcé

• À lire aussi: Baromètre: Les sports les plus pratiqués par les Québécois

Au moment d’écrire ces lignes, tous ceux inscrits avaient fracassé la barre des deux millions de kilomètres parcourus, au total, à l’aide d’un exercice physique. Tout pour rendre heureux le cofondateur et le visage derrière cet événement, Pierre Lavoie, qui avait invité les gens à faire non seulement du vélo, mais aussi de la marche, de la course, de la nage et même de l’escalade.

«Je ne m’attendais jamais à avoir une participation aussi importante et une diversité aussi importante. On n’est plus juste dans le vélo, on est vraiment dans tous les sports et en étant un des promoteurs des saines habitudes de vie, ça me rend très heureux, de mentionner M. Lavoie.

«On est allés rejoindre nos familles. 34% de nos participants, c’étaient des groupes familles, donc on a rejoint nos familles et 24% de nos participants, c’étaient les écoles et les jeunes dans les écoles. Donc 55% des participants c’étaient des enfants, à l’école et leur famille. Ça, c’est notre ADN, ça, c’est le futur de la société. Les gens sont là, ils sont d’accord et ils montrent l’exemple à leurs enfants.»

Vers 17h45, M. Lavoie a complété sa longue fin de semaine en arrivant, accompagné de plusieurs personnalités publiques, sur les deux roues de son vélo, à Espace 67, à Montréal.

Visiblement fier de son parcours, le cofondateur de l’événement a été accueilli chaleureusement sur la scène où il a pu prendre la parole. Il y a, entre autres, encouragé les Québécois à donner un dernier petit effort et à aller s’inscrire.

Franchir les frontières

Toujours plus ambitieux, M. Lavoie n’entend pas s’arrêter là. Même s’il est heureux du taux de participation, qui a plus que triplé en comparaison avec l’année dernière (≈ 67 000), l’homme de 57 ans souhaite rallier encore plus de gens à sa cause.

Déjà, il croit avoir trouvé deux solutions qui lui permettront de franchir cette limite et faire connaître sa cause au-delà du Québec, comme aux États-Unis, et plus particulièrement dans certains États comme la Floride et le Texas.

«Le gros défi l’an prochain, ce sera de faire un amalgame, d’intégrer le volet virtuel avec le volet présentiel comme on le connaissait dans le passé, a ajouté le protagoniste. Le 1000 km ne peut pas prendre toute la place. Il doit laisser la place à d’autres sports, à d’autres activités, pour être le plus inclusif possible.»

«Le symbole des Cubes énergie, qui représentent la santé, l’inclusion, ça l’intéressent les Américains. On va assister à une pénétration, tout doucement, des Cubes énergie parce qu’ils méritent aussi d’avoir ces systèmes simples et ludiques qui impliquent la famille, en commençant avec les enfants.»

Le symbole d’une population    

Lorsqu’il est question d’activités physiques et de saines habitudes de vie au Québec, le nom de Pierre Lavoie en est un qui est mentionné à de nombreuses reprises. Une fois de plus, le cofondateur du défi 1 000 000 de KM Ensemble du Grand défi Pierre Lavoie en a inspiré plus d’un, dont plusieurs personnalités publiques qui l’accompagnaient au fil d’arrivée.

Parmi celles-ci, l’homme d’affaires Pierre Karl Péladeau, qui a participé à de nombreuses épreuves aux côtés de M. Lavoie.

«Il est là pour être une source d’inspiration, mais également celui qui cristallise ce moment exceptionnel», de mentionner M. Péladeau, tout en se remémorant certaines des journées de vélo plus difficiles que celle de dimanche, comme lorsqu’il était sous la pluie ou sous la grêle, alors que le thermomètre affichait des températures sous zéro.

Néanmoins, tout comme plusieurs citoyens de la Belle Province, M. Péladeau a été influencé par M. Lavoie et il a introduit plusieurs saines habitudes de vie à son quotidien. Par exemple, lors de la dernière fin de semaine, il a bougé avec ses enfants à l’extérieur, avant de joindre le groupe de cyclistes qui a conclu l’événement.

«Les Québécois, dans leurs conditions socio-économiques – c’est sûr que les choses ont évolué, elles ont changé de façon significative –, mais il reste encore de cette histoire, de ces racines, qui nous obligeaient à ne pas être nécessairement attentifs à notre alimentation. Les saines habitudes de vie, c’est de faire de l’exercice, mais c’est aussi de s’alimenter sainement pour faire en sorte que plutôt que d’être dans un mode curatif et d’être obligé de se rendre à l’hôpital pour toutes sortes de problèmes, on ait une perspective de prévention.»

Depuis plus d’un an, la pandémie de COVID-19 a changé les habitudes de vie de plusieurs Québécois, qui sont devenus beaucoup plus sédentaires.

Avec les nombreuses annonces des dernières semaines du gouvernement Legault, les citoyens de la province retrouveront peu à peu leur liberté et la possibilité de pratiquer certaines activités sportives en équipe. Le cofondateur du défi 1 000 000 de KM Ensemble, M. Lavoie, espère bien donner un coup d’envoi à cet été de déconfinement, lors duquel il espère que les Québécois bougeront plus que jamais.

«Elle était nécessaire parce qu’on doit relancer, de dire M. Lavoie au sujet de cette édition de l’événement revampé. Je vais toujours répéter le message de prévention, sans ça les gens peuvent perdre leurs habitudes. Le Québec est en avance sur les saines habitudes de vie. Les graines sont semées. Il faut juste se réanimer, revenir publiquement et dire que c’est important. Quand ils répondent de façon aussi massive, tu te dis “ok c’était le bon moment pour le faire”. Québec va reprendre sa place comme leader des saines habitudes de vie, parce qu’on a 12 ans d’avance sur les autres provinces et on va maintenir cette avance.»

M. Lavoie est d’ailleurs bien heureux que de plus en plus de gens sortent à l’extérieur, sur le plus grand terrain de jeu possible, pour bouger à leur façon.

«Utilisez l’extérieur. Allez-y, à l’extérieur. C’est l’été, profitez-en. Quand l’automne arrivera, ce sera encore très agréable à l’extérieur, a-t-il indiqué. La COVID nous a privé de quelque chose d’important et je pense que c’était le bon moment pour lancer tout ça. Je suis assez rassuré pour la suite des choses et de dire aux gens “allez-y, occupez l’extérieur”. On a connu une explosion des sports extérieurs avec la COVID. C’est une très très bonne nouvelle. C’est le meilleur endroit pour garder sa santé.»

À VOIR AUSSI: