/world/opinion/columnists
Navigation

Les Chinois sur leurs gardes: une île contre un continent

Coup d'oeil sur cet article

La Chine n’aime pas être contrariée. En 1989, des milliers de militants prodémocratie l’ont appris à leur corps défendant. Depuis quelque temps, c’est Hong Kong qui est forcé de rentrer dans le rang. Des signaux laissent croire que le tour de Taïwan s’en vient. Inquiétant.

Certains points chauds de la planète monopolisent continuellement notre attention. Peu importe que la Russie ne soit plus que l’ombre du danger que constituait l’URSS, le président américain vient de lui accorder les honneurs d’une rencontre au sommet à Genève.

L’Iran avec ses velléités nucléaires et sa façon d’alimenter le trouble au Moyen-Orient fait faire des cauchemars aux dirigeants du coin et d’ailleurs. Et personne n’est à l’aise de savoir qu’une dictature staliniste dans la péninsule coréenne dirigée par un paranoïaque de 37 ans peut envoyer des missiles atomiques jusqu’en Amérique du Nord.

Les Chinois, encore eux

C’est devenu un cliché de relever que la Chine prend du muscle. Depuis que Deng Xiaoping, il y a plus de quarante ans, a donné le feu vert à ses socialistes de compatriotes de s’enrichir, 750 millions d’entre eux se sont arrachés à l’extrême pauvreté.

À l’extérieur de leurs frontières, les ambitions chinoises sont pharaoniques. Pékin compte injecter huit millions de millions de dollars (eh oui !) dans sa nouvelle route de la soie — « La ceinture et la route » — à laquelle plus d’une centaine de pays sont déjà associés. On n’a pas fini de voir du « Made in China » sur nos étagères.

Une puissance qui enfle

La Chine se donne aussi les moyens militaires de son assurance économique. D’année en année, le budget chinois de défense s’accroît systématiquement de 6 % à 8 %. Et l’empire du Milieu ne se gêne pas pour jouer des muscles, tant dans les mers de Chine méridionale et orientale que sur sa lointaine frontière avec l’Inde dans l’Himalaya.

Bref, la Chine ne s’en laisse plus imposer, d’où son agacement grandissant à l’égard de Taïwan. La petite île, où se sont réfugiés les nationalistes après le raz-de-marée communiste mené par Mao en 1949, continue de flirter avec l’indépendance pure et simple. C’est d’ailleurs ce dont le parti de l’actuelle présidente taïwanaise, Tsai Ing-wen, fait la promotion.

Grondements de moteurs  

Pékin, qui soupçonne une « collusion » entre Taipei et Washington, y est allé d’une spectaculaire démonstration de force mardi dernier, après que le communiqué final du G7 eut appelé à « la paix et la stabilité dans le détroit de Taïwan ».

Vingt-huit avions de l’armée de l’air chinoise, y compris des avions de combat et des bombardiers à capacité nucléaire, sont entrés dans l’espace de défense aérienne taïwanais. Les États-Unis, depuis Nixon, ne reconnaissent plus officiellement Taïwan, mais continuent de lui vendre des armes pour se défendre.

Le risque est là : tout comme la Chine n’a pas exclu le recours à la force pour réaliser la « réunification » de Taïwan, les États-Unis n’ont pas exclu de défendre Taïwan si la Chine venait à attaquer. La tempête gronde ces jours-ci sur l’immense océan Pacifique. 

LES DAVID ET GOLIATH CHINOIS   

CHINE  

  • Population : 1,4 milliard d’habitants  
  • Superficie : 9597 millions km2 (4e au monde)  
  • PIB : 16 407 milliards $ (2e)  
  • Défense : 210 milliards $ (2e) et 2 185 000 soldats (1er)     

TAÏWAN  

  • Population : 23,8 millions d’habitants  
  • Superficie : 36 193 km2 (l’équivalent de la Mauricie)  
  • PIB : 518 milliards $ (25e au monde)  
  • Défense : 13 milliards $ (2e) et 290 000 soldats (1er)     

TAÏWANAIS PLUS QUE CHINOIS  

Vous considérez-vous Taïwanais ou Chinois ?  

  • 64 % Taïwanais  
  • 30 % autant Taïwanais que Chinois  
  • 3 % Chinois