/sports/hockey/canadien
Navigation

Le Canadien n'est pas ennuyé par les arbitres

Coup d'oeil sur cet article

Au lendemain d’une autre performance discutable des arbitres Chris Lee et Dan O’Rourke, l’instructeur adjoint du Canadien de Montréal, Luke Richardson, et le défenseur Jeff Petry ont affirmé lundi que le travail des officiels ne changera pas la préparation de leur équipe.

• À lire aussi: [EN IMAGES] Une ambiance de feu pour le match du Canadien

• À lire aussi: Les Golden Knights égalisent la série

• À lire aussi: «C’est décevant» –Luke Richardson

Comme ce fut le cas vendredi, Lee et O’Rourke n’ont pas connu une grande soirée, fermant les yeux sur plusieurs infractions dans le revers en prolongation de 2 à 1 du Tricolore.

Malgré tout, Richardson croit que ses joueurs réagissent bien par rapport aux controverses entourant les arbitres. «La tension est élevée et dense, mais nos joueurs gardent le contrôle. Des vétérans comme Shea Weber et Corey Perry font un bon travail du côté de la communication avec les officiels. C’est important qu’ils gardent leur concentration et leur énergie sur les choses qu’ils peuvent contrôler», a expliqué en vidéoconférence celui qui assume les fonctions de pilote durant l’absence de Dominique Ducharme.

Photo Martin Chevalier

Petry a pour sa part corroboré ses dires. «Tout ce qu’on contrôle, c’est notre habileté à jouer. Ça reste une question de jouer notre match et de ne pas gaspiller d’énergie sur ce genre de détails, sur lesquels nous n’avons pas d’influence.»

Selon lui, en fait, si les membres de l’équipe bougeaient mieux avec la rondelle, cela créerait de pénalités chez l’adversaire. «Quand on patine, on force l’autre équipe à davantage utiliser ses bâtons. Et c’est là que les arbitres imposent des pénalités.»

Un rythme à retrouver

Pour les joueurs du Canadien, il s’agira d’imposer leur style de jeu rapidement dans la partie et de ne pas laisser la foule de Las Vegas, avec qui ils renoueront mardi soir, permettre à la troupe de Peter DeBoer de s’emparer du rythme.

Brendan Gallagher croit d’ailleurs qu’ils sont de plus en plus habitués à offrir à leurs rivaux un style de jeu qui leur est propre, et ce, depuis le cinquième duel face aux Maple Leafs de Toronto au premier tour.

La série est maintenant devenue un 2 de 3 qui offre Golden Knights l’avantage de la glace. Le fougueux numéro 11 du Canadien est prêt à relever le défi. «Les bonnes équipes sont efficaces à la maison et les grandes équipes trouvent des moyens de gagner sur les patinoires adverses.»

Richardson a d’ailleurs louangé le jeune vétéran, affirmant qu’il a connu une de ses meilleures parties des séries dans la défaite de 2 à 1 de son équipe en prolongation. «On sait qu’il sera toujours autour de la cage adverse et qu’il peut générer beaucoup de tirs et de chances de marquer.»

La demi-finale de la coupe Stanley est actuellement égale 2 à 2.

  • Écoutez l'entrevue avec l'animateur à TVA Sports Jean-Philippe Bertrand sur QUB radio :

À VOIR AUSSI