/sports/hockey/canadien
Navigation

Lehner et Fleury dans l’harmonie

Jonathan Marchessault trouve dommage que les médias aient créé une telle rivalité entre les deux gardiens

Robin Lehner, qui a remplacé Marc-André Fleury devant la cage de Vegas, devrait affronter encore le CH mardi soir.
Photo Martin Chevalier Robin Lehner, qui a remplacé Marc-André Fleury devant la cage de Vegas, devrait affronter encore le CH mardi soir.

Coup d'oeil sur cet article

Robin Lehner ou Marc-André Fleury ? Il n’y a pas juste à Montréal où les controverses pour l’identité du gardien partant ont fait couler beaucoup d’encre. Les Golden Knights connaissent cette réalité depuis la fin de la saison 2019-2020 avec l’acquisition du Suédois. 

• À lire aussi: Le Canadien n'est pas ennuyé par les arbitres

• À lire aussi: But de Nicolas Roy: quand un petit gars d’Amos joue les héros

• À lire aussi: Les Golden Knights égalisent la série

Lehner a pris le flambeau de Fleury pour le quatrième match de cette demi-finale entre Vegas et Montréal. À son premier départ seulement depuis le premier duel du deuxième tour contre l’Avalanche du Colorado, le colosse de 6 pi 4 po et 250 lb a permis à l’entraîneur Peter DeBoer de remporter son pari en offrant une solide prestation dans un gain de 2 à 1 en prolongation, dimanche. 

Après la rencontre, Lehner a remercié ceux qui l’ont mis en doute sur les médias sociaux. 

« Peu de gens le savent, mais j’arrive toujours quatre heures avant un match et je vous regarde dire de la foutaise à mon sujet sur Twitter pendant deux heures. Ça me permet de me motiver. Je tiens à remercier ceux, incluant les médias, qui ont douté de moi. »

Défait 7 à 1 à son premier départ en séries contre l’Avalanche, le Suédois de 29 ans a retrouvé ses repères face au Tricolore avec 28 arrêts. Il avait clairement reçu une bonne dose de motivation. 

Robin Lehner, qui a remplacé Marc-André Fleury devant la cage de Vegas, devrait affronter encore le CH mardi soir.
Photo AFP

Un bon coéquipier

À quelques heures du départ de l’équipe pour le Nevada, Jonathan Marchessault a tenu à remettre les pendules à l’heure sur l’histoire des gardiens au sein de son équipe. 

« Robin, c’est vraiment un bon coéquipier, a affirmé l’attaquant québécois. Qu’il joue ou non, il arrive quatre ou cinq heures avant le match. Il est dans le salon avec les gars. Cette histoire qui est exagérée à l’extérieur de la glace, je trouve ça plate. On ne ressent pas ça à l’intérieur du vestiaire. Il n’y a pas de compétition malsaine entre les deux. Les deux gars veulent jouer. Mais ils restent heureux pour l’un et pour l’autre. Cette rivalité que les médias créent, je trouve ça dommage. Ils ne sont pas égoïstes. »

« Robin jouera quand il doit jouer. C’est la même chose pour Marc-André. Ça devient une grosse histoire sans connaître la raison. On a un gardien qui ira directement au Temple de la renommée avec Marc et on passe à Robin pour un match en séries. Il n’est pas un deux de pique. Depuis cinq ans, il est parmi les gardiens avec les meilleures statistiques de la LNH. On a le luxe de compter sur deux bons gardiens avec les Golden Knights. Il n’y a pas de mauvais sang. Comme équipe, il faut bloquer les bruits de l’extérieur. On ne le ressent pas. Il n’y avait pas de jalousie ou de truc de la sorte. »

Robin Lehner, qui a remplacé Marc-André Fleury devant la cage de Vegas, devrait affronter encore le CH mardi soir.
Photo Martin Chevalier

Le Suédois de retour ?

DeBoer n’a pas confirmé son gardien pour le cinquième match, mais à moins d’une surprise, il poursuivra l’aventure avec Lehner. Il gardera fort probablement l’homme masqué qui est sur une lancée.  

« Il s’agit de décisions difficiles, mais il y a une belle camaraderie entre les deux gardiens, a dit le défenseur Alex Pietrangelo. Les deux ont déjà joué des rôles de numéro un, ils connaissent cette réalité. Ils ont une bonne relation sur la glace et à l’extérieur. Ils se parlent souvent avant un match et pendant un match. Lors de la dernière partie, ‘‘Flower’’ [Fleury] a aidé Lehner dans sa préparation. » 

Les attaquants doivent marquer

Après quatre affrontements dans cette série, les Knights ont marqué 10 buts contre Carey Price. Des 10, sept provenaient des défenseurs. Seuls Nicolas Roy (deux fois) et Mattias Janmark (une fois) ont touché la cible chez les attaquants. 

« C’est bien de voir qu’on a créé l’égalité dans la série 2 à 2, a dit Marchessault. Mais à un moment, les gros noms à l’attaque doivent élever leur jeu. Je m’inclus dans le groupe. Ce n’est clairement pas assez pour les attaquants d’avoir trois buts en quatre matchs. On affronte un gardien incroyable, mais il n’y a pas d’excuse. On a besoin de trouver des solutions le plus rapidement possible. »

Le creux de vague chez les attaquants de Vegas pourrait s’expliquer en partie par la perte du centre Chandler Stephenson depuis le deuxième duel. Il y a eu un effet domino avec l’absence du premier centre. 

« On espère le revoir au sein de notre formation, et je crois que son retour se profile à l’horizon », a noté DeBoer.