/sports/hockey/canadien
Navigation

Les cinq cartes du match

Les cinq cartes du match
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

À Vegas, la ville du vice, il y a des cartes chanceuses, mais aussi de mauvaises cartes. Le Journal vous propose un résumé de ce troisième match en ressortant cinq joueurs qui ont joué des rôles déterminants.

• À lire aussi: Le Canadien sans faille

• À lire aussi: Le bon mélange

• À lire aussi: Le Canadien parfait sur toute la ligne!

La combinaison gagnante de ce troisième match est le 14, le 15, le 22, le 29 et le 61.

14 | Nick Suzuki

Claude Julien le décrivait comme un joueur intelligent. Dominique Ducharme l’a souvent décrit comme un centre intelligent. Dans son récent rôle comme entraîneur en chef durant l’absence de Ducharme, Luke Richardson l’a aussi décrit comme un centre intelligent. Et c’était encore le cas lors de ce cinquième match. Suzuki a réalisé une multitude de bons jeux. C’est lui qui a fait perdre la rondelle à Stone sur le but de Caufield. C’est lui qui a repéré Eric Staal dans l’enclave lors du troisième but. C’est lui qui a marqué dans un filet désert dans les dernières secondes. C’est aussi lui qui a fait du bon travail pour ralentir le trio de William Karlsson.

15 | Jesperi Kotkaniemi

Kotkaniemi a marqué cinq buts seulement en 56 matchs cette saison. Il n’est pas le même joueur depuis le début des séries. Le clou croche, pour reprendre l’expression de Dominique Ducharme, s’est drôlement replacé. Kotkaniemi a réussi son cinquième but des séries à son 15e match. En première période, il a bondi sur un retour de tir de Josh Anderson pour déjouer Fleury. Ce but a donné le ton au match pour les visiteurs. Les Golden Knights avaient dicté le rythme pour les premières minutes. Au-delà de son but, Kotkaniemi a joué un fort match avec de bonnes lectures du jeu, des passes précises et une bonne implication dans son propre territoire. Une belle note à son dossier. 

22 | Cole Caufield

Robin Lehner avait dit après le quatrième match qu’il s’attendait à recevoir un tir dans le haut du filet ou entre les jambières sur l’échappée de Caufield en troisième période. C’était les informations recueillies dans les feuilles des recruteurs. À quelques heures du cinquième match, Caufield avait répliqué en disant qu’il avait d’autres outils dans son coffre et que Lehner avait un peu trop parlé. Lehner n’était pas devant le filet, mais le numéro 22 a gagné son point. Il a touché la cible en deuxième période en décochant un tir sur réception qui a frappé l’intérieur du poteau au milieu du filet. Sur ce jeu, il a profité d’une belle passe de Corey Perry. Auteur de trois buts en cinq matchs face aux Knights, Caufield a maintenant sept points (3 buts, 4 passes) à ses neuf derniers matchs.

29 | Marc-André Fleury

On croyait à un mystère en matinée. On croyait que Lehner cherchait à s’amuser avec les médias en demandant à Fleury de sortir en premier de la patinoire pour l’entraînement matinal. Mais il n’y avait finalement pas de théâtre. DeBoer a fait confiance à Fleury pour ce cinquième match. Le gardien originaire de Sorel n’est absolument pas le coupable malgré le revers. Il s’est battu pour garder son équipe dans le match, surtout en deuxième période avec de gros arrêts contre Paul Byron et Joel Armia. DeBoer pourrait encore jouer au yo-yo avec le choix de ses gardiens, mais il aura surtout intérêt à retourner à la planche à dessin pour son jeu en supériorité numérique et pour trouver des solutions afin de percer le mur défensif du CH.

61 | Mark Stone

Il y avait une image qui résumait le match de Stone. Après le troisième but du CH, celui de Caufield, Stone a frappé son bâton contre la bande devant le banc des siens. Pour le capitaine, c’était une façon d’évacuer un peu de rage. Quelques secondes plus tôt, il a bêtement perdu la rondelle en tentant de rentrer dans le territoire offensif en infériorité numérique. Son revirement a mené à la relance du Tricolore. Ce n’était pas un jeu digne d’un finaliste à l’obtention du trophée Frank-Selke. Sur le plan offensif, le numéro 61 a encore connu une soirée pénible avec un seul tir. Il n’a toujours pas marqué après cinq matchs. Mais il n’est pas l’unique attaquant de son équipe en panne. Seuls, Nicolas Roy (deux buts), Mattias Janmark (un but) et Max Pacioretty (un but) ont réussi à battre Price. 

À VOIR AUSSI