/news/currentevents
Navigation

Tornade de Mascouche: leur toit s’envole à 100 mètres de la fondation

Le couple de septuagénaires a eu tout un choc en découvrant sa demeure au retour du camping

Tornade de Mascouche: leur toit s’envole à 100 mètres de la fondation
Photo Chantal Poirier

Coup d'oeil sur cet article

Un couple de septuagénaires de Mascouche a l’impression d’être prisonniers d’un mauvais rêve depuis qu’ils ont retrouvé leur maison hier sans toit et ravagée par une tornade qui a généré des vents de plus de 200 km/h.  

• À lire aussi: Tornade de Mascouche: le rêve d’une famille avec 4 enfants anéanti

• À lire aussi: Le premier ministre François Legault sur le terrain à Mascouche

• À lire aussi: [EN VIDÉO] Visite d’une maison détruite par la tornade à Mascouche

«Je suis sûre que vous n’avez jamais vu une maison à aire ouverte comme celle-là. Il faut le voir pour le croire», lancent à la blague Cécile Croze et son mari, Gabriel, âgés de 70 et 73 ans, en regardant le ciel depuis leur salle à manger. 

La maison familiale d’un étage, située sur le chemin de la Cabane-Ronde, a toujours ses murs. Ses fenêtres sont intactes, mais la tornade est loin d’avoir épargné tout le toit, qui a été projeté à près de 100 m de la fondation. 

Tornade de Mascouche: leur toit s’envole à 100 mètres de la fondation
Photo Chantal Poirier

Selon nos observations, il s’agit de la demeure la plus ravagée par le phénomène naturel survenu hier à Mascouche. 

«Heureusement, on était en train de faire du camping dans notre roulotte à Rougemont et nos enfants ici nous ont avertis. Au moins, personne n’a été blessé. On habite ici depuis 40 ans. Mes deux filles sont nées ici. Tous nos souvenirs familiaux, on les a fabriqués dans cette maison», confie avec émotions Cécile Croze. 

Tornade de Mascouche: leur toit s’envole à 100 mètres de la fondation
Photo Chantal Poirier

Défi de se reloger

Pour l’instant, le couple habite chez leur fille. Ils disent avoir confiance de pouvoir se reloger sous peu, mais un petit coup de pouce ne leur ferait pas de tort.

«C’est sûr que d’avoir une aide du gouvernement, ça ne serait pas de refus. On va voir si la maison sera reconstruite ou non. On attend l’évaluation des assurances pour le moment. On ne peut pas faire grand-chose de plus», affirme Mme Croze. 

Les septuagénaires, qui résident dans leur maison depuis 1980, mentionnent aussi qu’ils n’ont jamais vu une telle tornade dans le passé. «On n’aurait jamais cru voir ça de notre vivant», laisse tomber Mme Croze. 

Tornade de Mascouche: leur toit s’envole à 100 mètres de la fondation
Photo Chantal Poirier

Fillette traumatisée

François Beaulieu, père d’une fillette de huit ans, raconte que son enfant a été traumatisée en voyant la tornade hier. 

«Elle revenait de l’école dans son autobus. Ils ont vu la tornade qui s’approchait. Ç’a quand même été traumatisant pour elle. Il a fallu la consoler. Elle paniquait un peu. Par contre, quand elle a vu que notre maison était correcte, elle était réconfortée», relate M. Beaulieu. 

Tornade de Mascouche: leur toit s’envole à 100 mètres de la fondation
Photo Chantal Poirier

Sa demeure se trouve d’ailleurs en face de la maison du couple qui s’est fait arracher son toit par la tornade hier. 

«On n’a plus d’électricité, des morceaux de bardeaux sont arrachés, des arbres cassés, la terrasse est aussi endommagée, mais quand on se compare avec nos voisins d’en face, qui n’ont plus de toit, on se console», conclut M. Beaulieu, âgé de 38 ans.

 

 

Le premier ministre constate les dégâts  

L’émotion était forte mardi quand le premier ministre François Legault a rencontré Linda, conjointe de Jacques Lefebvre, décédé lundi, et les enfants.
Photo Chantal Poirier
L’émotion était forte mardi quand le premier ministre François Legault a rencontré Linda, conjointe de Jacques Lefebvre, décédé lundi, et les enfants.

Au lendemain de la tornade qui a soufflé un quartier de Mascouche, le premier ministre du Québec François Legault est venu constater l’ampleur des dégâts. 

« Je tenais à venir dire aux résidents de Mascouche d’être courageux. C’est comme un film d’horreur ce qu’on voit ici », a dit François Legault mardi.

La veille, une tornade de catégorie EF2 sur l’échelle de Fujita a endommagé une partie d’un quartier résidentiel dans Lanaudière. 

Un résident du croissant Nelligan a perdu la vie quand le cabanon dans lequel il s’était réfugié a été emporté. 

François Legault a offert ses condoléances à la famille endeuillée de Jacques Lefebvre, père de deux enfants. 

Les proches du défunt se sont enlacés devant la maison fortement endommagée.

Lors de son passage à Mascouche, le premier ministre a aussi mentionné que le gouvernement allait dédommager financièrement les sinistrés, si cela s’avère nécessaire. 

« On va regarder si certaines parties [des dommages] ne sont pas couvertes par les assurances », a-t-il souligné.

Élans de solidarité  

Tornade de Mascouche: leur toit s’envole à 100 mètres de la fondation
Photo Chantal Poirier

Une ancienne policière et résidente de Mascouche est venue distribuer 40 pizzas, des bouteilles d’eau et des boissons gazeuses aux résidents touchés par la tornade ainsi qu’aux travailleurs.

« C’est le genre d’événement qui me touche. J’ai eu l’idée ce matin de venir donner ce petit coup de main », raconte Sabrina Neveu.

Des employés d’IGA se sont eux aussi mobilisés dans le quartier. Ils sont allés cogner aux portes des maisons toujours sans électricité afin de distribuer des sandwichs et des fruits frais sur l’heure du dîner.

Des animaux disparus  

Le passage de la tornade a causé la disparition d’une douzaine d’animaux de compagnie dans un quartier de Mascouche. 

« J’ai arrêté de compter les signalements après 12, mais on en recevait encore. Il s’agit d’animaux disparus, dont certains se sont littéralement envolés au vent », explique Éric Dussault, directeur de Sauvetage animal. 

Un caniche royal a été emporté dans les airs par le tourbillon de la tornade, a-t-il dit. Le chien n’avait toujours pas été trouvé mardi.

« On est là en renfort. On cherche les animaux et on peut aussi faire un abri temporaire si nécessaire. On invite les gens à nous signaler s’ils retrouvent des animaux blessés ou [des dépouilles] », explique M. Dussault.

À VOIR AUSSI: