/finance
Navigation

Pénurie de main-d’œuvre: le Québec atteint des records

Hospital hallway
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

La pénurie de main-d’œuvre a atteint des sommets inégalés au pays lors du premier trimestre de 2021 et le Québec est la province la plus affectée, a présenté Statistiques Canada, mardi. 

• À lire aussi: Pénurie de main-d’œuvre: la Côte-Nord étudie ses options

• À lire aussi: Pénurie de main-d'oeuvre: aucune candidature reçue pour certaines offres d'emploi

Le nombre de postes vacants sur le territoire québécois a connu une augmentation de hausse de 18 500 (+14,4 %) par rapport à un an plus tôt. Parmi les secteurs les plus affectés, des hausses importantes ont été ressenties dans les secteurs des soins de santé et de l’assistance sociale (+5 900), de la fabrication (+5 100) et de la construction (+3 700).

La Côte-Nord et le Nord-du-Québec sont les régions qui affichent le taux de postes vacants le plus élevé au Québec suivi de la Capitale-Nationale, des Laurentides et de l’Outaouais.

Au Canada, près de 560 000 postes étaient à pourvoir lors du premier trimestre de 2021, en hausse de 40 700 (+7,9 %) par rapport au même trimestre de 2020 et de 47 300 (+9,4 %) comparativement à 2019. Il s’agit du taux le plus élevé, depuis que des données comparables ont commencé à être publiées, en 2015.

Les soins de santé canadiens, les plus affectés?

Le secteur des soins de santé et de l’assistance sociale a enregistré la plus forte hausse du nombre de postes à combler au Canada, en un an. Dans les hôpitaux et les établissements de soins infirmiers et de soins pour bénéficiaires, 98 700 postes étaient vacants au cours des premiers mois de 2021. C’est près de 40% de plus que l’an passé.

C’est surtout en soins infirmiers qu’il y a un manque de personnel, qu’il soit autorisé, spécialisé en soins psychiatriques ou auxiliaires. Les préposés aux bénéficiaires aussi sont recherchés.

La construction victime de son succès?

Le nombre de postes vacants dans le secteur de la construction augmenté de 33,1 % pour atteindre 46 400 au premier trimestre de 2021. Il s’agit du nombre le plus élevé de postes à pourvoir dans ce secteur depuis 2015.

La pénurie touche principalement les entrepreneurs spécialisés, notamment ceux qui effectuent des travaux de maçonnerie, de peinture ou d’électricité. Les charpentiers-menuisiers et les aides de soutien des métiers sont aussi touchés.

Un peu plus du tiers (33,8 %) des entreprises en construction ont affirmé avoir du mal à recruter et à garder en poste d’employés qualifiés, selon l’Enquête canadienne sur la situation des entreprises de Statistique Canada.

Encore une fois, c’est au Québec que le nombre de postes vacants dans ce secteur est plus important. Le nombre de permis de bâtir délivrés au Canada a progressé de 37,3 %, au début de 2021, alors qu’au Québec, la hausse a été de 63,7 %.