/sports/hockey/canadien
Navigation

Le bon mélange

Coup d'oeil sur cet article

Il y avait deux vagues pour les visioconférences après le match. Eric Staal et Phillip Danault ont partagé la scène en premier. Nick Suzuki et Jesperi Kotkaniemi ont ensuite pris le flambeau pour répondre aux questions des journalistes. 

• À lire aussi: Le Canadien parfait sur toute la ligne!

• À lire aussi: Le Canadien sans faille

• À lire aussi: Vegas pense au sixième match déjà

• À lire aussi: Kotkaniemi, Caufield et Suzuki impressionnent

C’était à l’image de ce cinquième match. Il y avait un partage des responsabilités entre les vétérans et les jeunes. Staal et Danault ont utilisé leur expérience pour museler les attaquants des Golden Knights, alors que Suzuki et Kotkaniemi ont dynamisé l’attaque du haut de leurs 21 ans et 20 ans. 

« J’ai entendu les dernières questions de Suzie (Suzuki et KK), a dit Luke Richardson. Pour des jeunes, je les trouve très calmes, mais ils sont compétitifs sur la glace. Il faut aussi ajouter Cole (Caufield) à ce groupe. Ils sont bien entourés par Weber, Perry, Staal. Il y a aussi nos quatre gros défenseurs qui vont les aider en territoire défensif. Ils ont de l’aide. Marc Bergevin a réalisé tout un travail pour construire cette équipe. Il y a un bon mélange de jeunes et de vieux, de rapidité et d’acharnement. Il y a une belle chimie à cette période de l’année. » 

Avec une égalité de 2 à 2 dans la série et un cinquième match qui se déroulait au T-Mobile Arena, une telle scène aurait pu étouffer trois jeunes hockeyeurs. Mais ce n’était pas le cas pour Suzuki (1 but, 2 passes), Kotkaniemi (1 but) et Caufield (1 but). 

Ils n’ont jamais tremblé lors de ce match. Au contraire, ils ont tracé le chemin à suivre. 

Même le premier ministre du Québec, François Legault, a reconnu le travail du trio des jeunes avec un tweet en fin de soirée : « Vive les jeunes ! KK, Suzuki et Caufield !!! »

La bonne direction

À son troisième match en relève de Dominique Ducharme qui a reçu un test positif à la COVID-19, Richardson a dressé un bilan fort positif de sa deuxième victoire. Mais il restait aussi les deux pieds sur terre même si le CH se retrouve maintenant à une seule victoire d’une première présence en finale de la Coupe Stanley depuis 1993. 

« On est enthousiastes, mais on ne veut pas penser trop loin, a-t-il répliqué. On a de l’expérience dans le vestiaire et nos vétérans disent les bonnes choses. Nos meneurs mènent l’équipe dans la bonne direction et notre personnel aussi. On doit comprendre tout ce qu’on a fait comme travail pour se rendre dans cette position, et finir ça au prochain match. »