/sports/soccer
Navigation

Mort de Maradona : le psychologue membre de l’équipe soignante entendu par la justice

Mort de Maradona : le psychologue membre de l’équipe soignante entendu par la justice
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Après les infirmiers et coordinateurs des soins, le psychologue Carlos Angel Diaz, 29 ans, est entendu mercredi par le parquet argentin dans le cadre de l’enquête sur les circonstances de la mort de Diego Maradona en novembre 2020.  

• À lire aussi: «Ils ont tué Diego», affirme l’avocat de l’infirmière de Maradona

• À lire aussi: Mort de Maradona: l'équipe soignante accusée d'homicide volontaire

• À lire aussi: Argentine: Maradona a agonisé, «abandonné à son sort»

Il est le cinquième membre de l’équipe soignante à être convoqué devant le bureau du procureur de San Isidro, dans la banlieue de Buenos Aires, qui a ouvert une enquête pour « homicide involontaire avec circonstances aggravantes » afin de déterminer si l’ex-vedette argentine du football a été « abandonnée » à une lente agonie faute de soins adéquats. 

Il peut refuser de répondre aux questions et livrer à la place une déclaration écrite, comme l’a fait lundi le médecin coordinateur des soins à domicile, Nancy Forlini, en désignant le neurochirurgien Leopoldo Luque et la psychiatre Agustina Cosachov comme les principaux responsables de la santé de Maradona. 

Mme Cosachov et M. Luque doivent témoigner lors d’audiences prévues jusqu’au 28 juin. 

Le capitaine de la sélection argentine championne du monde en 1986, qui souffrait de problèmes aux reins, au foie et au cœur, est mort le 25 novembre 2020 d’une crise cardiaque seul dans une résidence de Tigre, au nord de Buenos Aires, quelques semaines seulement après avoir subi une opération du cerveau pour un caillot de sang. Il avait 60 ans. 

Les deux infirmiers et leur responsable coordinateur entendus en premiers depuis le 14 juin ont tous indiqué avoir suivi les directives des médecins traitants et nient toute responsabilité. 

« Il existe une responsabilité des médecins traitants. Il y a eu beaucoup de signaux d’alerte selon lesquels Maradona allait mourir du jour au lendemain. Et aucun des médecins n’a rien fait pour l’éviter », a déclaré mercredi dernier Me Rodolfo Baqué, défenseur de l’infirmière Dahiana Madrid. 

« Ils ont tué Diego », a-t-il affirmé, en référence à M. Luque et Mme Cosachov. 

Les deux infirmiers ont par ailleurs souligné qu’ils n’avaient pas été informés que l’ancienne vedette souffrait de problèmes cardiaques. Ils ont également indiqué que la maison choisie pour la convalescence de Diego Maradona après l’extraction d’un caillot à la tête n’était pas équipée pour un malade avec des pathologies du cœur. 

Le coordinateur des infirmiers a lui assuré que son rôle était purement administratif et organisationnel. 

Les sept membres de l’équipe soignante risquent un renvoi devant un tribunal en fonction des conclusions de l’enquête, et le cas échéant des peines de 8 à 25 ans de prison.