/finance/business
Navigation

Pro-Fab à nouveau contrôlée par des Québécois

Coup d'oeil sur cet article

L’entreprise de maisons usinées de Chaudière-Appalaches Pro-Fab retrouve ses racines québécoises en passant aux mains du fonds d’investissement privé d’ici Kairos Capital Management, a appris Le Journal.

« On est très fier de ramener notre siège social au Québec », a confirmé, hier, en entrevue au Journal Martin Roy, le grand patron de Pro-Fab, dont le chiffre d’affaires franchira, pour la première fois cette année, la barre des 100 millions de dollars.

Fondée en 1989, l’entreprise de Saint-Apollinaire compte 330 employés. Elle a une usine à Vallée-Jonction ainsi qu’une filiale ontarienne à Morewood.

Plan de croissance

Il y a dix ans, le fonds de Chicago Wynnchurch Capital avait racheté Pro-Fab, mais il s’intéresse aujourd’hui davantage à des entreprises de plus grandes tailles.

« Il y a deux ans, on a commencé à approcher le marché pour voir qui aurait un intérêt, du Canada, des États-Unis, de l’Amérique », explique le PDG de Pro-Fab, Martin Roy, qui souhaitait trouver des actionnaires de chez nous.

C’est finalement le fonds québécois Kairos, dont l’associé principal est Marc Desmarais, qui a réussi à ramener l’entreprise de construction au bercail.

« On prévoit doubler notre chiffre d’affaires de 100 millions de dollars à 200 millions de dollars d’ici cinq ans. On a eu une croissance de 15 % cette année par rapport à l’an passé », conclut Martin Roy avec fierté.